Comment Aider à Distance un Proche qui Subit une Crise de Panique ?

par

envoyer un sms à un proche qui a une crise de panique

Aider quelqu’un pendant une crise de panique, qui plus est à distance, peut être un véritable défi et comporter des risques.
Néanmoins, c’est quelque chose de tout à fait possible lorsque vous disposez des bons termes à employer.

Lorsqu’une personne subit une crise de panique et que vous pouvez rester avec elle au téléphone (que ce soit par appel ou par texto), vous devez absolument la garder en ligne, surtout lorsque vous ne l’a sentez pas très réactive à ce que vous lui dite.

Continuez à la rassurer ou envoyez des smileys pour qu’elle sache que vous êtes là, avec elle, pour la soutenir dans cette tempête de crainte et de frayeur.

Afin de vous aider à accompagner au mieux un proche qui subit des attaques de panique régulières, je vous partage un guide de termes à aborder lorsque vous êtes en communication avec ce proche.

Quels sont les exemples de phrases à utiliser ?

Trouver les bons termes n’est pas chose facile. Vous trouverez ci-après des exemples pour vous aider:

  • « Je sais que c’est une situation accablante, mais tu fais du bon travail. Je suis fier de toi. »
  • « Tu peux t’en sortir. »
  • « Dis-moi ce que je peux faire pour toi ? De quoi as-tu besoin en ce moment ? »
  • « Reste avec moi, et continue d’écouter ce que je dis. »
  • « Concentres-toi sur ta respiration. Reste dans le présent. Respire avec moi. »
  • « Je ne sais peut-être pas exactement ce que tu ressens, mais nous allons traverser cette épreuve ensemble. »
  • « Dis-moi 5 choses que tu peux toucher autour de toi ? Nommes 5 couleurs autour de toi en ce moment ? Dis-moi 5 odeurs dans la pièce ? Y a-t-il quelque chose que tu peux goûter ou manger à proximité ? »
  • « Tu es un jeune homme/une jeune fille courageux(se) ; tu vas y arriver. »

Vous ne saurez pas forcément comment sortir la personne de son mode de panique au téléphone. Cependant, votre présence rassurante (grâce à votre voix) sera plus utile à la personne que vous ne le pensez.

Il est suggéré de n’offrir que des conseils constructifs et réalisables ; si vous ne pouvez pas le faire, il est préférable de rester silencieux et d’être présent pour accompagner votre proche avec son expérience.

Il est essentiel d’ancrer la personne et de veiller à ce qu’elle soit connectée à la réalité.
Ainsi, si quelqu’un vous tend la main lorsqu’il a besoin de soutien, vous devez vous assurer que vous êtes sincèrement présent à ses côtés pendant sa crise de panique.

Les crises de panique peuvent être difficiles à gérer, et il est essentiel de concevoir des stratégies d’adaptation à de telles situations pour vous permettre de les surmonter.

Si vous ne parvenez pas à gérer vos crises de panique, envisagez de consulter un médecin. Je vous conseil de passer notre Test d’Anxiété et de stress, vous recevrez à cet effet un document important pour vous accompagner dans cette démarche.

Quelle est l’attitude à avoir avec la personne ?

Si une personne que vous connaissez a une crise de panique, elle peut devenir extrêmement anxieuse et ne pas penser clairement.

Vous pouvez donc l’aider en faisant ce qui suit :

  • Restez avec la personne et gardez votre calme,
  • Parlez-lui avec des phrases simples et courtes,
  • Soyez prévisible. Évitez les surprises,
  • Ne faites pas d’hypothèses sur ce dont il ou elle a besoin, car Il est préférable de le lui demander,
  • Aidez-la à ralentir sa respiration en respirant avec elle et en comptant régulièrement jusqu’à 10.

Quelles sont les choses à dire ?

  • « Tu peux t’en sortir. »
  • « Dis-moi ce que je peux faire pour toi. »
  • « Concentres-toi sur ta respiration. »
  • « Ce que tu ressens est effrayant, mais ce n’est pas dangereux. »
  • « Je suis fier de toi. »

Quels avantages ont ces phrases ?

  • Réduire la quantité de stress dans les situations stressantes,
  • Aider à contrôler une situation confuse,
  • Prévenir la situation d’un scénario catastrophe.

Les choses à ne surtout pas dire !

Il y a certaines choses que vous ne devez absolument pas dire à quelqu’un pendant une crise de panique.
Cela n’aidera pas la personne à calmer la situation et ne dissipera pas son épisode d’angoisse et de terreur.

Voici quelques-unes des phrases à ne surtout pas dire :

  • Ne dites surtout pas à votre proche « calmes-toi »,
  • Ne faites pas abstraction de leur état. Abstenez-vous de dire « c’est dans ta tête » ou « ça va aller, ou ça va passer »,
  • Ne les embarrassez pas et ne leur faites pas honte de leur état. Rien du genre « c’est reparti » ou « voilà la reine/le roi du drame »,
  • Ne minimisez pas en évoquant vos propres expériences. « Ça m’est arrivé à moi aussi ». « Je suis anxieux aussi, et j’ai fait ça »,
  • Ne dites surtout pas: « Ne penses pas à des choses effrayantes »,
  • Ou: « Tu ne fais pas assez d’efforts »,
  • Ou bien: « Tu exagères les choses. »

Évitez toute condescendance ou de minimiser la situation à l’égard d’une personne qui a une crise de panique peut vraiment en aggraver les symptômes.

Ce comportement peut également faire en sorte que la personne se sente isolée et gênée par son état, de plus, elle risque de ne pas vous demander de l’aide à l’avenir.

Les déclarations encourageantes ne sont pas non plus nécessaires ; parfois, une présence silencieuse peut s’avérer utile tout comme les exercices de respiration.

Comment sont constituées les crises d’angoisses et la peur panique ?

Une crise de panique se caractérise par la précipitation de symptômes émotionnels et physiques dus à une peur et une anxiété grave.
L’ensemble provoque un état d’excitation intense, qui peut se manifester par une douleur physique et une sensation de constriction au niveau du cœur.

Les crises de panique peuvent donner l’impression d’être en train de mourir et le sentiment d’une mort imminente. Ces symptômes sont terrifiants et n’arrangent rien au fait que le pire puisse se produire.

Les critères diagnostiques sont les suivants

Une attaque de panique est une poussée soudaine de peur ou de malaise intense qui atteint son apogée en quelques minutes, Pendant ce temps, quatre (ou plus) des symptômes suivants font surface :

  • Secousses ou tremblements,
  • Transpiration,
  • Palpitations, rythme cardiaque rapide ou cœur battant,
  • Essoufflement,
  • Sensation d’étouffement,
  • Douleurs thoraciques ou sensation de congestion,
  • Nausées ou troubles abdominaux,
  • Sensation de chaleur ou de frissons,
  • Étourdissement, vertige ou évanouissement,
  • Sensation d’engourdissement ou de picotement,
  • Peur de perdre le contrôle ou impression de devenir fou,
  • Sensation de mourir,
  • Déréalisation (irréel) ou dépersonnalisation (détachement de soi).

Quelles sont les techniques d’ancrage que vous pouvez enseigner à votre proche ?

Le but des techniques d’ancrage est extrêmement simple : relier l’individu au présent.

Lorsqu’il a des crises de panique, votre proche quitte le présent pour un hypothétique et catastrophique futur ou le pire a lieu.

Ces techniques vous permettront de réduire les symptômes et d’accompagner votre proche vers le présent.
Je vous invite donc à lui parler des techniques ci-après:

  • Exercice de respiration :
    La respiration est essentielle pour survivre au chaos. Pratiquez la méditation et la respiration profonde.
    Le fait de vous concentrer sur votre respiration pour calmer votre esprit et votre corps vous aidera à vous sortir de la situation problématique.
    Cela vous aidera à réduire la réaction physiologique de votre cerveau après avoir percé le danger.
  • Marchez, bougez, dansez :
    L’énergie accumulée dans le corps en raison de la crise de panique peut vous rendre immobile, figé, tétanisé.
    Il est essentiel d’entraîner votre esprit à continuer à fonctionner dans cette situation.
    Diffusez l’énergie refoulée en marchant, en bougeant ou même en dansant.
  • Imaginez un endroit heureux :
    Essayez de faire dériver vos pensées vers la solution.
    Pensez à un endroit heureux et concentrez-vous sur cette pensée. Il peut s’agir d’une île avec un soleil qui se déverse sur vous ou d’une simple promenade dans un parc.
    En imaginant et en vous concentrant sur cet endroit heureux, vous détournez vos pensées anxieuses.
  • Interrogez vos pensées anxieuses :
    Les pensées de panique se concentrent généralement sur les scénarios négatifs.
    Essayez de vous concentrer et de questionner vos pensées sur les résultats et les scénarios positifs.
    Cela vous aidera à surmonter la situation.
  • Pratiquez et entraînez votre esprit par la méditation:
    La méditation aide à calmer votre esprit et votre corps ; elle entraîne votre esprit à rester sous contrôle même dans un scénario de conflit.
    Une fois que vous aurez entraîné votre esprit, il vous aidera à jauger les situations difficiles sans ressentir de la frayeur et en intellectualisant les choses.
  • Consultez un médecin:
    Si vous pensez que la situation est trop écrasante pour vous ou votre proche, n’hésitez pas à demander l’aide d’un professionnel (ce test d’anxiété fournit un document pour faciliter l’échange avec le médecin).

En conclusion

J’espère sincèrement que ces conseils pourront vous apporter de l’aide au quotidien et vous permettront d’affronter avec plus d’efficacité les crises de panique.

Si malgré tout les attaques de panique prennent de plus en plus de place, n’hésitez pas à consulter l’accompagnement Anti-Stress & Anxiété, 100% gratuit.

A très bientôt,

Henri Hélias

starter pack anti stress

Recevez gratuitement la vidéo où je vous révèle le secret qui vous permettra de vaincre définitivement vos symptômes

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

à propos

 

Bonjour, c’est Henri, je suis Coach Comportementaliste NACBT et je vous souhaite la bienvenue sur mon blog.

Anciennement atteint de troubles d’anxiété, je vous aide avec mon expérience, mes outils et mes conseils.

Pour en apprendre plus sur moi cliquez ICI

Pour accéder directement à la chaîne YouTube cliquez ICI