l’Angoisse de Morcellement : Comment l’expliquer ?

par


le style cubiste fait énormément penser à l'angoisse de morcellement.

Lorsque je regarde le portait de Dora Maar (la muse de Picasso), la nature abstraite du style cubiste me rappelle ce que ressentent nombre des personnes que j’accompagne: morcelées, fragmentées, déconnectées, désordonnées, émotionnellement vulnérables.

Le « trop plein » d’informations et d’images provenant des réseaux sociaux et de la télévision, associé à la nécessité d’être constamment « branché », fait que de nombreuses personnes se sentent dépassées, épuisées, irritables, anxieuses, voire déprimées.

Le calme et la tranquillité semblent être une denrée rare, même pour ceux qui n’ont pas d’enfants, car ils doivent constamment consulter les réseaux sociaux, répondre aux mails, aux tweets, aux likes sur Facebook, etc.

Tous ces éléments s’ajoutent à une quête d’identité et de sens chez les individus, pour générer au final une angoisse relativement importante.

Vous connaissez peut être ma passion pour Jung ?
Il faut savoir que pour lui, l’angoisse de morcellement survient lorsqu’elle déborde sur le moi, ou plutôt l’égo.
Cette angoisse va alors investir un objet générateur de phobie et va investir des représentation obsédante pour la personne atteinte.
Enfin, ce débordement global d’angoisse(s) va entraîner un morcellement de la personne qui deviendra angoissée chronique, tout en ayant une dépression masquée !

Je vous laisse donc découvrir dans cet article les tenants et les aboutissants de l’angoisse de morcellement.

Que dit Freud concernant l’angoisse de morcellement ?

Le philosophe Freud lui, s’est penché sur le lien qui existe entre l’angoisse de séparation et l’angoisse de morcellement.
A cet effet, Freud a établit les différentes étapes du fameux « fractionnement » de l’âme ou du « moi » de l’individus.

Pour lui, la cause première de cette fameuse angoisse de morcellement vient d’une frustration, cause d’un désir important chez l’individus qui génère des névroses.

Ces névroses fragmentent l’âme ou l’égo de l’individus.
A cet effet, Freud finit par conclure que ce morcellement dépasse le narcissisme, tellement le duo désir insatisfait et névrose, engendre un cercle terriblement vicieux.

Il donne donc l’exemple d’un patient homosexuel, dont le moi idéal est par opposition à sa sexualité, hétérosexuel. Il développe ainsi un morcellement de sa personnalité et une gigantesque angoisse !

Quels sont les stades de cette angoisse de morcellement ?

freud définit 3 stades différents dans l'angoisse de morcellement

Stade 1 : le concept de la toxicité

La première théorie de Freud sur angoisse de morcellement remonte aux années 1900, avant même l’utilisation du terme « psychanalyse ».

À ce stade précoce, il ne considérait pas que l’angoisse de morcellement était liée à des pensées ou à des idées, mais il observait qu’elle était étroitement liée à la sexualité, la définissant comme une excitation sexuelle qui s’est transformée.

À cette époque, Freud considérait cette excitation sexuelle (ou « libido », comme il l’appelait) comme une substance hypothétique que nous pourrions comparer à quelque chose comme la testostérone.

L’argument de Freud était que lorsque la voie de la satisfaction est bloquée (par exemple, dans le cas du coitus interruptus, lorsque le rapport sexuel se termine avant l’orgasme), l’accumulation de libido insatisfaite qui en résulte prendrait alors un caractère toxique, trouvant un exutoire dans l’angoisse de morcellement.

Comme il le dira plus tard, « l’angoisse névrotique naît de la libido et lui est donc liée de la même manière que le vinaigre l’est au vin ».

Stade 2 : le rôle joué par la répression

Le point de vue de Freud sur l’angoisse de morcellement a évolué lorsqu’il a développé sa théorie du refoulement. Il décrit comment les idées liées aux pulsions sexuelles sont rejetées de la conscience lorsqu’elles entrent en conflit avec les normes sociales « civilisées ».

En d’autres termes, Freud affirmait que le processus de transformation en êtres sociaux nous obligeait à renoncer à certaines de nos pulsions sexuelles.

Son « concept de la toxicité » » antérieur de l’angoisse en tant qu’excitation sexuelle transformée a été conservée.

Une modification importante a été néanmoins apportée : alors que ses vues antérieures supposaient que la cause de l’angoisse de morcellement venait des blocages externes à la libération sexuelle, la théorie de la répression a déplacé l’accent sur les blocages internes !

Il s’agit d’une théorie de l’inhibition psychologique (ou de répression des pulsions).

Stade 3 : Et si il s’agissait d’un signal ?

À la fin des années 1920, Freud a commencé à introduire une nouvelle théorie très différente de l’angoisse, abandonnant finalement sa vision antérieure de l’angoisse et des tensions intenses provoquées, comme une libido transformée.

Il établit une distinction importante entre une angoisse de morcellement automatique plus primaire, déclenchée par une situation traumatique dans laquelle le Moi impuissant est submergé (on se rapproche donc des théories de Karl Jung), et l’angoisse en tant que signal.

Cette angoisse ou anxiété, peut être activée dans la réponse de l’ego à des situations de danger, comme une sorte d’avertissement de l’imminence d’une situation traumatique, afin que des mesures défensives puissent être mises en place pour l’éviter.

Dans ce dernier cas, il s’agit donc d’une angoisse tout à fait normale.

Ces « situations de danger » tendent à graviter autour des menaces qui découlent de la perspective d’être impuissant et à la merci des autres : menaces de perdre un être cher, de perdre l’amour d’un autre, ou d’être attaqué.

En fin de compte, selon Freud, ces menaces sont des manifestations d’une menace plus fondamentale, la menace de castration/impuissance.

Cette dernière phase donne à l’angoisse une place beaucoup plus centrale dans le fonctionnement de la psyché : au lieu d’être une sorte d’effet secondaire du refoulement, il est désormais possible de penser les contours mêmes de l’esprit, avec ses défenses et ses symptômes, comme étant avant tout un moyen d’éviter le danger, lorsque l’angoisse est avant tout un signal.

Quelles sont les causes connues de ce type d’angoisse ?

Les expériences d’angoisse de morcellement sont universelles dans la petite enfance, où les dangers psychiques sont régulièrement vécus comme des traumatismes.

Nous trouvons aujourd’hui 8 causes ou types de peurs, responsables de cette angoisse de morcellement:

  • La peur d’être submergé,
  • La peur de fusionner,
  • La peur de se désintégrer,
  • La peur d’empiéter,
  • La peur de perdre le soutien nécessaire,
  • La peur d’être incapable de faire face,
  • La peur de s’inquiéter pour sa survie et de réagir avec une mentalité catastrophique.

Les angoisses pathologiques de morcellement sont des conséquences et un corrélat du traumatisme psychique, de la faiblesse du moi, de la perte d’objet et de la pathologie du moi.

Les symptômes, les schémas de pensée, les états d’affect et les comportements sont particulièrement résistants au changement lorsqu’ils se défendent contre de telles angoisses.

En conclusion

J’ose espérer qu’à travers cet article, le sujet de l’angoisse de morcellement est désormais plus clair pour vous.
N’hésitez surtout pas à en faire à part à un membre de votre famille ou à un amis qui souhaiterait mettre un visage derrière ce trouble, jusque là mystérieux et peu abordé aujourd’hui.

Si, malgré ces informations, l’angoisse prend de plus en plus de place dans votre vie (ou celle d’une proche), n’hésitez pas à consulter nos accompagnements avancés.

Prenez bien soin de vous,

Henri Hélias

starter pack anti stress

Recevez gratuitement la vidéo où je vous révèle le secret qui vous permettra de vaincre définitivement vos symptômes

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

à propos

 

Bonjour, c’est Henri, je suis Coach Comportementaliste NACBT et je vous souhaite la bienvenue sur mon blog.

Anciennement atteint de troubles d’anxiété, je vous aide avec mon expérience, mes outils et mes conseils.

Pour en apprendre plus sur moi cliquez ICI

Pour accéder directement à la chaîne YouTube cliquez ICI