Qu’est ce que la thérapie comportementale et cognitive ?

Qu’est ce que la thérapie comportementale et cognitive ?

thérapie comportementale et cognitive

Quelle que soit l’ampleur du problème, de la condition, de la phobie, du trouble ou de la dépendance, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est une méthode de traitement psychothérapeutique fondée sur des preuves qui peut vous aider à modifier vos réactions négatives face à des situations inconfortables.

Il est fort probable que vous ayez déjà vu cette méthode de traitement mentionnée dans un article sur le web ou sur notre blog ou que vous connaissiez quelqu’un qui en a bénéficié.

Il s’agit d’une méthode de traitement populaire en raison de son coût abordable, de son horizon de traitement à court terme et de son efficacité étayée par des données empiriques.

Avant de plonger la tête la première dans cette forme de thérapie, considérez les informations ci-dessous sur ses utilisations prévues et ses principaux avantages.

C’est parti !

Au sujet de la thérapie comportementale et cognitive


La thérapie cognitivo-comportementale est un type courant de psychothérapie.

Elle consiste à travailler avec un thérapeute agréé et digne de confiance de manière très structurée pour aider à mieux gérer les situations stressantes de la vie.

L’accent est mis sur le traitement des problèmes d’une personne et sur l’amélioration de son bonheur par une meilleure gestion des émotions, des comportements et des schémas de pensée dysfonctionnels.

Elle est axée sur la recherche de solutions, et de nombreux thérapeutes encouragent leurs patients à remettre en question les cognitions déformées et à modifier les comportements destructeurs tout au long du processus.
Cette forme de traitement peut être expérimentée seule ou en combinaison avec d’autres types de thérapie, et constitue un moyen efficace de traiter un large éventail de problèmes de santé mentale:

  • Gestion des symptômes de la maladie mentale,
  • Prévention d’une rechute des symptômes de la maladie mentale,
  • Traiter une maladie mentale lorsque les médicaments ne sont pas une option privilégiée,
  • Apprendre des techniques pour faire face à des situations de vie stressantes,
  • Identifier les moyens de gérer les émotions inconfortables,
  • Résoudre les conflits relationnels et améliorer les compétences en communication,
  • Faire face à un deuil ou à une perte,
  • surmonter les traumatismes émotionnels liés aux abus ou à la violence,
  • Faire face à une maladie physique,
  • Gérer la douleur chronique ou d’autres symptômes médicaux.

De plus, ce type de thérapie peut être bénéfique pour certains types de troubles mentaux, notamment :

  • Dépression,
  • Anxiété,
  • Phobies,
  • le syndrome de stress post-traumatique,
  • les troubles du sommeil,
  • Troubles de l’alimentation,
  • Troubles obsessionnels compulsifs (TOC),
  • Toxicomanie,
  • Troubles bipolaires,
  • Schizophrénie,
  • Troubles sexuels.

à qui la thérapie comportementale en cognitive est-elle destinée ?


Comme c’est le cas pour tout type de thérapie, la thérapie cognitivo-comportementale peut être efficace pour certaines personnes et ne pas l’être autant pour d’autres.

De manière générale, la TCC fonctionne le mieux dans les cas où les médicaments seuls ne sont pas complètement efficaces pour traiter certaines réactions.

En outre, comme elle peut être menée à bien dans un laps de temps relativement court, elle fonctionne bien en prévision d’événements ou d’expériences sensibles au facteur temps, ainsi que dans différents contextes thérapeutiques, notamment la thérapie en ligne et la thérapie de groupe.

Le fait d’être motivé pour apprendre des stratégies pratiques et les mettre en œuvre dans la vie quotidienne peut également contribuer à son succès.

En revanche, si vous n’êtes pas en mesure de vous engager dans le processus, la TCC a moins de chances d’être efficace.

Elle exige une coopération totale pour assister à des séances de thérapie régulières, ainsi que la capacité d’effectuer un travail supplémentaire entre les séances y compris la confrontation d’émotions et d’anxiétés éventuellement difficiles.

Étant donné que l’accent est mis sur la modification de votre capacité à vous aider vous-même, elle n’est pas en mesure d’aborder les problèmes plus larges qui ont un impact négatif sur vous.

En outre, la structure de ces séances peut ne pas convenir aux personnes ayant des besoins de santé mentale plus complexes ou des difficultés d’apprentissage.

À quoi s’attendre lors d’une séance de TCC ?


Le traitement proprement dit prend la forme d’un certain nombre de séances de thérapie, ou un certain nombre d’étapes franchies, dont l’objectif est de permettre à une personne de prendre conscience de ses schémas de pensée inexacts et/ou négatifs.

Puisqu’il s’agit d’une forme de psychothérapie, vous pouvez vous attendre à ce que les premières séances reflètent une première séance de thérapie classique, le thérapeute vous demandera probablement quels sont vos objectifs de traitement, vos antécédents médicaux et un examen des problèmes pour lesquels vous souhaitez obtenir un soutien.

L’intention de divulguer ces informations dès le départ est de mieux formuler une réponse efficace aux situations difficiles au cours de chaque séance.

En pratique, un patient apporte des problèmes spécifiques que le thérapeute peut l’aider à surmonter.
En travaillant ensemble, le thérapeute et le client créent un plan d’action pour aider à identifier les pensées ou les comportements indésirables tout en travaillant sur un moyen de les changer.

Dans certains cas, le patient se voit attribuer des « objectifs » pour l’aider à mettre en œuvre certaines stratégies et techniques dans un laps de temps déterminé entre les séances. Le thérapeute fait ensuite le point avec le patient au cours de la séance suivante, évaluant ce qui a fonctionné, ce qui n’a pas fonctionné et les domaines dans lesquels il convient d’améliorer le processus à l’avenir.

Comment faire le premier pas ?


Bien que l’efficacité de la thérapie cognitivo-comportementale puisse varier en fonction de la personne et de ses besoins, elle reste un choix de traitement éprouvé pour un large éventail de problèmes psychologiques.

Réfléchissez au type de soutien que vous recherchez avant de vous lancer dans cette forme de thérapie et n’hésitez pas à consultez nos accompagnements.

à très bientôt,

Henri Hélias



Qu’est ce que l’Anxiété de performance ?

Qu’est ce que l’Anxiété de performance ?

anxiété de performance

L’anxiété de performance est un type d’anxiété, ou un sentiment fort et excessif de peur ou d’inquiétude, qui est lié à la capacité d’accomplir quelque chose de spécifique, ou à la crainte des conséquences provoquée par une personne qu’on juge « mauvaise ».

Le terme est couramment utilisé pour décrire le trac, c’est-à-dire le stress ou la peur avant de se produire ou de parler devant des gens. Il est aussi parfois utilisé comme une version abrégée du terme anxiété de performance sexuelle, qui est une peur liée aux rapports sexuels.

Il ne s’agit toutefois que de deux exemples et la peur du jugement reste le point fondamental.

Les gens peuvent éprouver de l’anxiété de performance pour n’importe quoi, et cela peut devenir une habitude. Avec un traitement, il s’agit d’un défi qui peut être réduit et même surmonté.

Qui en souffre et surtout à quel moment ?


Ce type d’anxiété peut toucher des personnes de tous sexes, enfants et adultes.

Elle peut commencer soudainement ou s’installer progressivement au fil du temps.
Il s’agit en fait, d’un type d’anxiété lié à une tâche spécifique, qui peut donc survenir dans de nombreuses circonstances différentes.

Les symptômes de l’anxiété de performance peuvent aller de légers à graves. Ils peuvent se manifester une seule fois ou plusieurs fois, voire à chaque fois qu’une personne est confrontée à cette tâche si elle n’est pas traitée.

Quels sont les symptômes ?


Les symptômes de l’anxiété de performance peuvent varier d’une personne à l’autre. Ils peuvent également être différents lorsqu’une même personne connaît plusieurs épisodes d’anxiété de performance.

Ces symptômes, dont la gravité peut varier, comprennent des changements physiques, émotionnels, moteurs et cognitifs.

Lorsque j’ai subit ce type d’anxiété, il y a de ça un peu plus de 3 ans, les symptômes englobaient aussi bien ma physiologie (perte de poids excessive, fatigue musculaire, palpitations cardiaques) que l’aspect cognitifs (pensées incontrôlables et parasitaire, angoisse et inquiétude au sujet de tout).

Voici la liste non exhaustive des symptômes de l’anxiété de performance :

  • Augmentation du rythme cardiaque,
  • Augmentation de la pression sanguine,
  • Tremblements,
  • Étourdissements,
  • Maux de tête,
  • Respiration rapide ou superficielle,
  • Sécheresse de la bouche,
  • Difficulté à contrôler la vessie,
  • estomac dérangé,
  • Changements de la vision,
  • Transpiration,
  • Mains ou pieds froids,
  • Frissons,
  • Peau pâle ou rouge,
  • Vigilance accrue,
  • Pensées de peur de l’échec,
  • Pensées de conséquences négatives d’un échec perçu,
  • Difficulté à s’ouvrir à des pensées différentes,
  • Changements de comportement,
  • Sentiment de perte de contrôle,
  • Décision de ne pas terminer la tâche.

Quel en sont les différents types ?

Il y a plusieurs types d’anxiété de performance, cette liste comporte :

Types

Il existe plusieurs types d’anxiété de performance. Il s’agit notamment de :

  • Le trac,
  • l’anxiété liée aux performances sexuelles,
  • l’anxiété liée aux performances sportives,
  • l’anxiété liée à la réalisation d’un test,
  • l’angoisse au sujet des entretiens.

Pour aller plus en détails dans les symptômes…

Le trac


Le trac est lié au fait de se produire sur scène et peut être ressenti par les acteurs, les musiciens, les danseurs et autres artistes de scène.

Le trac est également considéré comme une phobie, notamment la phobie sociale de la glossophobie, qui est la peur de parler en public.

Il faut savoir que la phobie sociale est également appelée trouble d’anxiété sociale.

L’anxiété liée à la performance sexuelle


L’anxiété liée à la performance sexuelle est une peur ou une inquiétude liée aux rapports sexuels et peut survenir avant ou pendant les rapports.

Elle peut être liée à la perception de la capacité à satisfaire un partenaire, à l’image corporelle, aux difficultés relationnelles ou à d’autres facteurs. On estime que 9 à 25 % des hommes et 6 à 16 % des femmes souffrent d’anxiété de performance sexuelle !

Bien que les termes anxiété de performance, anxiété de performance sexuelle et dysfonctionnement érectile soient parfois utilisés de manière interchangeable, il s’agit de trois conditions différentes.

L’anxiété liée à la performance sexuelle est une peur ou une inquiétude liée aux rapports sexuels, tandis que l’anxiété liée à la performance peut être une peur ou une inquiétude liée à n’importe quelle tâche. La dysfonction érectile est une difficulté rencontrée par les hommes pour obtenir ou maintenir une érection, qui peut être causée par l’anxiété liée à la performance sexuelle ou par divers autres facteurs.

Anxiété liée à la performance athlétique


L’anxiété liée à la performance athlétique est une peur ou une inquiétude liée à l’entraînement ou à la compétition sportive.

Ce type de performance comporte une préoccupation supplémentaire au-delà des symptômes d’anxiété.
L’anxiété liée à la performance athlétique peut augmenter le risque de blessure chez les athlètes.

L’anxiété liée aux tests


L’anxiété liée à la passation d’un test est une peur ou une inquiétude liée à la passation d’un test ou à la capacité à obtenir de bons résultats à un test.

Elle a souvent un impact négatif sur les résultats des tests, et les candidats obtiennent des résultats inférieurs à leurs connaissances de la matière et à leurs capacités.

Ces conséquences sont relativement logiques, dans la mesure ou, pour obtenir les meilleurs résultats, seul notre lobe frontal se doit d’être utilisé.

Anxiété liée au passage d’un entretien (embauche ou autre)


L’anxiété liée à l’entretien est une peur ou une inquiétude liée à l’entretien d’embauche ou à un autre entretien.

Une augmentation de l’anxiété liée à l’entretien est liée à une diminution de la performance lors de l’entretien et peut avoir un impact négatif sur les décisions d’embauche.

Autres types d’anxiété de performance


Le trac, l’anxiété liée aux performances sexuelles, l’anxiété liée aux performances sportives, l’anxiété liée aux tests et l’anxiété liée aux entretiens ne sont que cinq exemples d’anxiété de performance.

Cependant, l’anxiété de performance ne se limite pas à ces cinq circonstances. Elle peut être liée à l’incapacité d’accomplir n’importe quelle tâche.

Comment diagnostiquer ce type d’anxiété ?


Les professionnels de la santé mentale, tels que les psychologues et les psychiatres, peuvent diagnostiquer l’anxiété de performance en évaluant les symptômes, les pensées et les circonstances.

Prévention et traitement


La prévention de l’anxiété de performance consiste d’abord à se préparer avant les événements et les tâches.

Il peut s’agir de pratiquer, de s’entraîner et de répéter les compétences nécessaires à une bonne performance, comme les pratiques et l’entraînement croisé d’une équipe sportive, les leçons et les répétitions de musique et de danse, la mémorisation et l’apprentissage d’informations, et la répétition de discours et de présentations avec des notes.

La préparation peut également consister à dormir suffisamment, à manger un repas sain et satisfaisant, à se soulager régulièrement du stress, à rechercher un soutien émotionnel auprès d’autres personnes, à apprendre des techniques d’adaptation à l’avance, à suivre des rituels avant la performance et à visualiser la réalisation de la tâche, de l’événement ou de la performance.

Mais pas seulement, il existe aujourd’hui des thérapies efficaces pour traiter l’anxiété de performance !


Thérapie cognitive et comportementale (ma spécialisation, plus de détails ici) : Il s’agit de l’une des psychothérapies les plus efficaces pour les troubles anxieux. Il s’agit d’une approche utilisée pour identifier et modifier les schémas de pensée et de comportement afin de développer des moyens plus efficaces de faire face à la situation, ce qui entraîne un changement symptomatique.

Coaching de vie : Il s’agit d’un type de thérapie par la parole utilisé pour donner aux gens des stratégies leur permettant de surmonter les difficultés et d’améliorer leur sentiment de bien-être.

Stratégies d’adaptation : Il peut s’agir de rituels avant l’exécution, de respiration profonde et de visualisation.

En conclusion

J’espère de tout cœur que ces informations ont pu vous être utile !

Si malgré tout, vous éprouvez des difficultés à gérer votre anxiété, sous toutes ses formes, n’hésitez pas à consulter nos accompagnement ici.

à très bientôt,

Henri Hélias