Comment réduire l’Intensité de ses Angoisses Nocturnes ?

Comment réduire l’Intensité de ses Angoisses Nocturnes ?

angoisses nocturnes

L’angoisse peut toucher tous les aspects de notre vie et vous avez certainement remarqué qu’elle peut-être bien pire dans le calme de la nuit, non ?

Non seulement cette situation est épuisante et frustrante, mais un mauvais sommeil peut nous rendre encore plus angoissé le lendemain.

Après une longue et pénible journée, vous grimpez dans votre lit et attendez que le sommeil vienne, mais votre esprit a malheureusement d’autres idées et les angoisses nocturnes commencent à montrer le bout de leur nez.

Au lieu d’avoir un sommeil réparateur, vous pensez au travail, au comportement de votre manager, aux factures ou à une conversation gênante que vous avez eue plus tôt dans la journée.


En bref: votre tête devient vite encombrée de soucis et il est impossible de vous endormir.

Me concernant, comme au travers des différents témoignages que je reçois quotidiennement, les angoisses nocturnes ont une présence récurrente:

« Je pense que mes angoisses, quand elles s’amplifient la nuit, c’est quand je me sens complètement seule« , dit Élodie, 26 ans.

« Je pense trop, ce qui m’empêche de dormir, car je ne peux pas m’arrêter. »

« Le pire, c’est quand ça se transforme en crises d’angoisses violentes où ma poitrine se serre. J’ai l’impression que je ne peux pas respirer et j’ai des sueurs nocturnes« , ajoute-t-elle.

« Le lendemain, je suis épuisée, j’ai du mal à fonctionner et j’ai du mal à me lever, ce qui gâche toujours ma journée ».

Pourquoi les angoisses sont-elles plus violente pendant la nuit ?

nos angoisses nocturnes sont de plus en plus présentes et nous empêchent de dormir correctement.

Pour le Docteur Eric Mullens « Le sommeil est un état qui nous permet de récupérer pour être à même de réattaquer une nouvelle journée dans de bonnes conditions physiques. La nuit le corps se restaure, il se défend contre les infections, il fabrique des hormones, la peau ne se régénère que la nuit. En un mot, le corps est loin de rester inactif. »

« Cependant, ce n’est pas le cas pour les nombreuses personnes qui luttent contre leurs angoisses et leurs crises de panique nocturnes« .

Il n’y a pas de raison unique pour laquelle les gens souffrent d’angoisses ou de crises de panique la nuit, explique-t-il, mais plusieurs facteurs peuvent être en cause.

Nous savons effectivement que le cerveau ne s’éteint pas pendant le sommeil, il est donc possible que des inquiétudes ou des angoisses refoulées se manifestent dans notre cerveau inconscient, entraînant des crises d’angoisses nocturnes.

Le simple fait d’être conscient que les autres dorment profondément peut entraîner également un sentiment d’isolement et aggraver ces angoisses.

De petits problèmes, comme oublier de poster une lettre ou de passer un appel anodin, peuvent soudain sembler bien pires qu’ils ne le sont en réalité.

Autre point important, celles et ceux qui luttent contre l’angoisse et les crises de panique pendant la journée sont plus susceptibles de ressentir ces symptômes la nuit.

Il y a effectivement moins de distractions pour les empêcher de s’inquiéter excessivement et leurs angoisses nocturnes, accrues, sont susceptibles d’affecter la qualité de leur sommeil.

Que pouvez-vous faire pour faire face ?

J’ai pu observer que la relation entre le sommeil et la santé mentale est cyclique.

En effet, si vous avez un mauvais sommeil, vous risquez de vous sentir fatigué le lendemain, ce qui peut rendre les choses encore plus difficiles et stressantes, aggraver l’angoisse et l’anxiété, et entraîner une autre nuit de sommeil perturbée.

Si vous subissez des angoisses nocturnes et que vous avez du mal à vous endormir, vous pouvez cependant prendre certaines mesures.

1. Evitez totalement la Caféine

Je vous parle de mon expérience personnel et des personnes que j’ai pu accompagner qui subissaient les angoisses nocturnes.

Limitez la caféine, le sucre et l’alcool au maximum pendant la journée !

Ces substances peuvent vous rendre anxieux, angoissé et agité la nuit, et peuvent vous empêcher de vous endormir et d’avoir un sommeil réparateur.

A cet effet n’hésitez surtout pas à regarder les étiquettes de vos boissons et de vos aliments, afin d’éviter au maximum la caféine.

Vous pouvez également essayer les tisanes, notamment l’extrait de camomille ou de valériane, qui peuvent favoriser le sommeil.

2. Anticipez votre journée du lendemain

S’organiser pour le lendemain peut aider à vous rassurer, dans la mesure où les zones d’ombres que remplissent vos angoisses seront moins présentent.

En effet, Beaucoup de personnes ont du mal à s’endormir parce qu’elles sont angoissées pour le lendemain.
Vous pouvez essayer de réduire ces angoisses nocturnes en vous assurant que vous avez tout préparé 😉

Par exemple, vous pouvez avoir une liste de choses à faire ou même préparer vos vêtements à l’avance sans soucis.

3. Quelle est la routine de sommeil à mettre en place ?

En développant une routine de relaxation avant d’aller au lit, vous aidez votre corps à reconnaître l’heure du sommeil et à enclencher votre cycle.

Essayez d’aller au lit et de vous réveiller à la même heure chaque jour.
Même le week-end, essayez de vous lever à une heure qui n’est pas trop différente de celle à laquelle vous vous levez en semaine et vous verrez que les effets dans la qualité de votre sommeil se feront rapidement sentir.

Il est également important de s’assurer que vous vous donnez le temps de dormir.

Se coucher trop tard et ne pas vous laisser assez de temps pour dormir peut vous amener à vérifier constamment l’heure et à vous inquiéter de ne pas vous sentir reposé le lendemain et je dois dire que c’est le cas le plus fréquent !

4. Comment mettre en place des routines de relaxation ?

Prendre des mesures en terme de relaxation pour se détendre, avant de se coucher, peut également faire toute la différence 🙂

Certaines personnes trouvent que se calmer en écoutant de la musique relaxante ou en prenant un bain peut aider.

Les exercices de respiration, la relaxation musculaire et la visualisation de scènes associées à des souvenirs heureux peuvent également aider.

Cependant, il est essentiel d’éviter d’utiliser son ordinateur portable ou son téléphone une heure environ avant de se coucher, car certains appareils émettent une lumière bleue qui, selon les recherches, peut interrompre notre sommeil.

Bien heureusement, certaines lunettes permettent de filtré ce type de lumière, afin de ne pas avoir le sommeil perturbé.

Vous pouvez tout à fait mettre en fond une vidéo apaisante de relaxation, en diminuant au maximum la luminosité de votre écran.

Faites un break

L’insomnie est frustrante, mais rester au lit et essayer de s’endormir ne fera qu’empirer les choses.
Si vous ne pouvez pas vous rendormir dans les 40 minutes et bien levez-vous, brisez le cycle !

Certaines personnes ont effectivement une phobie du sommeil et se focalisent sur leur incapacité à s’endormir, ce qui peut devenir un gros souci d’angoisse et d’anxiété.

Si vous n’arrivez pas à vous endormir, levez-vous et faites autre chose.

La lecture peut être thérapeutique et vous pouvez également pratiquer la méditation de pleine conscience.

Sollicitez l’aide d’un spécialiste

Si vous souffrez d’une angoisse ou d’une anxiété trop forte qui affecte votre sommeil et d’autres aspects de votre vie, il est important d’obtenir de l’aide.

Si vous constatez que des sentiments d’angoisses nocturnes et d’anxiété commencent à affecter de manière significative votre vie quotidienne, y compris votre incapacité à dormir, vous pouvez parler avec votre médecin au sujet des options de traitement, telles que les médicaments.

Egalement, les thérapies par la parole peuvent inclure une thérapie cognitivo-comportementale, qui peut aider à changer votre façon de penser et de vous comporter, en particulier lorsqu’il s’agit de pensées négatives.

Parler de vos problèmes avec votre médecin peut être difficile, c’est pourquoi j’ai produit un guide de dialogue à utiliser avec lui.

à très bientôt,

Henri Hélias

Je VEUX Réduire mon Angoisse Nocturne : Comment Faire ?

Je VEUX Réduire mon Angoisse Nocturne : Comment Faire ?

l'angoisse nocturne empêche de nombreux individus de toruver le sommeil

Les crises de panique ou d’angoisses nocturnes peuvent perturber votre vie quotidienne et vous faire sombrer dans l’angoisse chronique du sommeil.

Je vais vous expliquer ici comment soulager ces problèmes dans votre vie.

Car soyons clairs, nous sommes tous passés par là : allongés dans notre lit après une longue journée, fatigués et pourtant bien éveillés.
Notre esprit s’emballe.
Nous nous inquiétons au sujet de l’argent, du travail ou nous avons regardé trop d’informations en continue.

Quoi qu’il en soit, essayer de s’endormir quand l’esprit ne veut pas s’arrêter est tout simplement exaspérant et énervant.

Pourquoi les pensées anxieuses s’enflamment la nuit et comment pouvons-nous les combattre ?

Je vais vous aider à y voir plus clair dans cet article.

Quels sont les Symptômes de l’Angoisse Nocturne ?

Les crises d’angoisse et de panique nocturne sont terribles et inconfortables ; elles perturbent votre vie familiale, votre vie professionnelle, vos relations et votre vision du monde.


Elles peuvent entraîner des réactions physiques indésirables comme:

  • Sentir votre cœur battre de plus en plus fort,
  • Avoir une transpiration excessive,
  • Avoir un fort sentiment d’insécurité,
  • L’impression de ne pas pouvoir respirer,
  • Avoir des douleurs thoraciques,
  • Des sensations de vertige ou d’engourdissement.

Comme si ces symptômes physiques n’étaient pas suffisants, les crises d’angoisses nocturnes déclenchent aussi des symptômes mentaux comme :

  • La peur de mourir d’une maladie soudaine comme une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral,
  • Peur de perdre la tête ou de devenir fou,
  • Peur de perdre le contrôle de son corps et de ne pas saisir la réalité,
  • Symptômes de craintes inexprimables, de tourments et à terme d’affolement.

Pendant la journée, vous craignez la prochaine attaque et la gravité qu’elle pourrait avoir.

La nuit venue, vous pouvez vous réjouir du repos et de la récupération que procure le sommeil.
Ce sentiment peut être de courte durée si les crises d’angoisses nocturnes font partie de votre vie.

La différence est que ces crises se produisent pendant le sommeil.
Les premières attaques peuvent entraîner des conséquences supplémentaires de confusion et de colère envers vos symptômes ou envers vous-même pour les avoir contracté.

L’expression nocturne des attaques de panique

Une crise d’angoisse nocturne est finalement ressentie comme une crise de panique qui se produit au milieu de votre sommeil, vous réveillant sans raison apparente.

Il n’y a pas beaucoup d’informations sur les crises d’angoisses nocturnes, de sorte que les gens sont généralement consternés et inquiets lorsqu’ils ont une crise de panique pendant la nuit car c’est un sentiment qui peut-être terrifiant.

Ils pensent souvent que cela signifie que le problème de panique s’étend et ils s’inquiètent d’avoir un problème plus inquiétant (car les symptômes se rapprochent dans certains cas d’une crise cardiaque).

En effet, des études suggèrent qu’entre 50 et 70 % des personnes souffrant de trouble panique auront au moins une crise d’angoisse nocturne.
Ce n’est donc pas un problème inhabituel et rare pour le personnes sensibles à l’angoisse et à l’anxiété.

Naturellement, c’est un sentiment terrible d’être réveillé par une crise de panique et de fortes angoisses la nuit. Il y a là tout le bouleversement et la confusion d’une crise nocturne, associés au fait que vous êtes à peine réveillé pour savoir ce qui se passe.

Vous vous sentez aussi probablement plus vulnérable parce qu’il fait nuit…

Pourquoi ressentez-vous ces symptômes ?

La question du « pourquoi » (« pourquoi cela m’arrive-t-il ? ») est un problème pour les personnes souffrant d’attaques de panique, d’angoisse et de forte anxiété.


Cela s’applique doublement aux personnes qui luttent contre les attaques nocturnes. Les personnes que j’accompagne ont dû faire face à des questions telles que « Je ne pense pas pendant mon sommeil, alors comment cela peut-il m’arriver ?

On ne sait pas grand-chose sur les causes précises des crises d’angoisses nocturnes, mais on sait que le cerveau ne s’éteint pas pendant le sommeil.


Il est effectivement raisonnable de supposer que le processus est à peu près le même que celui d’une crise en plein jour, mais qu’il se produit de manière moins consciente.


En fait, les symptômes d’une attaque nocturne sont à peu près les mêmes que ceux que vous avez pendant la journée.

Il est donc logique de détourner votre attention de la question du « pourquoi » et de vous concentrer plutôt sur les questions de « que se passe-t-il » et « comment vais-je réagir ?…

Voilà la première étape.

Le fonctionnement de notre cerveau en serait la raison

Pendant la journée, nous avons des dizaines de tâches qui occupent notre esprit.
L’heure du coucher entraîne un arrêt quasi total de l’activité, ce qui peut constituer une transition difficile pour notre cerveau.

L’angoisse et l’anxiété s’accumulent la nuit.
Il est effectivement possible d’éviter les préoccupations anxieuses lorsqu’une personne utilise activement son cerveau et son corps pour passer la journée, bref, qu’elle s’épuise le corps et l’esprit.

Lorsque vous avez une liste de choses à faire, votre processus de pensée est orienté vers le fonctionnement du néocortex, qui est la zone de jugement, de planification et de raisonnement de votre cerveau.

Une fois que vous vous trouvez à la fin de votre journée, votre néocortex a la capacité de se détendre un peu, en passant à des choses que vous aimez ou à des parties de vous qui ne sont pas connectées à un fonctionnement de niveau supérieur, principalement dans vos émotions et votre système limbique.

Lorsque vos pensées commencent à se connecter à la partie émotionnelle de votre fonctionnement cognitif, en particulier la nuit, les pensées anxieuses ou l’émotion anxieuse qui sont restées en sommeil toute la journée ont un endroit où aller, et deviennent le premier de vos schémas de pensée.

La question est donc: Comment mettre fin à ce cercle vicieux ?

J’ai dressé une liste de conseils utiles en deux parties : ce que vous pouvez faire lorsque vous êtes en proie à des pensées anxieuses et ce que vous pouvez faire pour les prévenir, juste avant de vous coucher.

Que pouvons-nous mettre en pratique ?

l’intérêt de l’exercice physique

Si vous venez d’être réveillé par une crise d’angoisse nocturne, les chances que vous vous rendormiez rapidement sont assez faibles. Si vous voulez, donnez-vous une minute pour voir si vous avez la chance que cela se produise, mais je n’attendrais pas plus longtemps.

Plus vous restez allongé et vous posez des questions, plus vous risquez de paniquer et de vous sentir frustré.

Je vous suggère donc de vous lever et de sortir du lit:

  • Réveillez-vous complètement,
  • Mettez de l’eau sur votre visage,
  • Buvez un peu d’eau,
  • Surveillez le chien, le chat ou votre perroquet :).
  • Faites quelques gestes ordinaires pour vous aider à vous réveiller.

Une crise de panique nocturne n’est pas la même chose qu’un cauchemar, mais vous pouvez la traiter comme tel.

N’allumez pas la télévision, ne commencez pas à lire ou n’essayez pas d’autres choses pour vous rendormir.

Beaucoup de gens essaient de se distraire d’une angoisse nocturne, mais je n’y accorde pas beaucoup d’importance, car la distraction est plus efficace lorsqu’elle est spontanée.
Lors d’une crise d’angoisse nocturne, vous risquez d’essayer beaucoup trop de vous distraire et de vous mettre à lutter avec vos pensées.

Si la distraction peut vous aider, elle doit le faire immédiatement.

Donnez-lui donc une minute, tout au plus.

L’accompagnement des émotions



Travaillez avec la crise de panique nocturne, plutôt que contre elle.

Les meilleures réponses aux crises de panique nocturnes sont celles qui reposent sur l’acceptation et l’observation, plutôt que sur la résistance et l’ignorance.

Passez à la respiration abdominale, remplissez un journal d’angoisse.

Laissez la panique et l’angoisse s’estomper de cette manière.

Ne pas basculer dans l’angoisse anticipatoire

Quelqu’un qui vient d’avoir une première crise d’angoisse nocturne risque de s’inquiéter d’en avoir une autre.

La pensée « Et si j’en avais une de plus ce soir ? » vous viendra probablement à l’esprit le lendemain.

C’est effectivement une réaction naturelle et ordinaire. Vous êtes juste un peu nerveux et il vaut mieux vous permettre de remarquer cette pensée sans la combattre (et j’insiste là dessus).

Les gens réagissent souvent à cette inquiétude en se concentrant davantage sur leurs perspectives de sommeil:

  • Ils réfléchissent beaucoup à l’heure à laquelle ils doivent se coucher,
  • Ils essaient de se fatiguer pendant la journée,
  • Ils pensent à prendre des somnifères, ou des boissons alcoolisées pour s’assurer de dormir,
  • ils passent en revue toutes les activités importantes qu’ils ont prévues au travail, à la maison ou à l’école, et s’inquiètent de ne pas pouvoir fonctionner s’ils ne dorment pas, etc.

Ce sont ces mêmes efforts qui entraînent davantage de problèmes d’anxiété du sommeil.

Identifiez la racine

Quand vous êtes déjà en proie à des pensées anxieuses et à l’angoisse nocturne, vous devez vous efforcer de libérer votre esprit en évacuant les pensées nerveuses et en les remplaçant par des pensées positives.

D’abord, il faut déterminer sur quoi vous vous concentrez et sur ce qui est la cause de votre angoisse.

Vous devez également vous poser les questions :

Est-ce quelque chose sur lequel j’ai un contrôle ?
Est-ce quelque chose dans mon avenir qui ne s’est pas encore produit ?

Si c’est le cas, énoncez les pensées négatives ou les préoccupations anxieuses à voix haute et faites-les suivre de pensées alternatives et positives ou de solutions à vos problèmes.

Vous devez être capable de vous apaiser de la pensée binaire noire ou blanche incontrôlable et irrationnelle, en la combattant avec une pensée alternative dont la logique est implacable.

Visualisez les belles choses dans votre vie

La puissance de votre imagination peut vous aider à vous sentir à l’aise lorsque vous êtes angoissé.

La visualisation d’événements et de relations positives dans votre vie vous aidera à accroître votre connexion aux émotions positives qui se trouvent également en vous et qui restent cachées.

Néanmoins, vous devez vous efforcer d’y accéder lorsque les sentiments ou les pensées anxieuses se sont déjà manifestées…

Apprenez à accepter l’incertitude

Votre angoisse peut être liée à un problème qui vous empêche de dormir la nuit, ce qui est compréhensible.
Mais vous devez la laisser passer, ne serait-ce que pour ce moment.

Répétez la phrase « J’accepte l’incertitude pour l’instant. J’agirai quand il sera possible d’agir ».

Accepter l’incertitude est crucial, car sinon, on résiste à l’incertitude à un moment où votre résistance ne fait qu’ajouter à la tension.

Que pouvez vous faire avant l’heure du coucher ?

Inscrivez vos inquiétudes dans un journal de bord pour vous vider la tête

Il peut être difficile de calmer un esprit déjà agité, alors mettez également en œuvre certaines pratiques apaisantes avant même d’aller au lit.

Mon conseil numéro 1 aux personnes souffrant d’angoisse nocturne est de tenir un journal dans lequel vous pouvez noter toutes ces pensées qui ne vous lâchent pas !

Lorsque vous sortez ces pensées de votre tête et les mettez sur papier, il y a de fortes chances qu’elles ne s’infiltrent pas dans votre esprit lorsqu’il est vraiment temps de dormir.

Quels sont les effets de la lecture sur votre peur nocturne ?

Se perdre dans un livre est bénéfique, pour de nombreuses raisons, est peut être essentiel à la santé du sommeil (pour prévenir les insomnies).

La lecture est un excellent moyen de calmer votre esprit et de vous distraire des pensées anxieuses qui peuvent surgir la nuit.

D’une part (et c’est plutôt logique), lorsque vous êtes engagé dans une histoire, vos pensées sont dans l’instant présent, au lieu de vous inquiéter de l’avenir.

D’autre part, la lumière bleue émise par les téléphones portables fait le contraire.

Même si vous baissez la luminosité, la lumière bleue des écrans LED interfère avec la production de substances chimiques essentielles pour le cerveau, comme la mélatonine, qui indiquent à votre corps qu’il est temps d’aller au lit.

Il existe néanmoins de simples lunettes, permettant de filtrer cette lumière qui vous empêche de dormir.

Vous pouvez prendre un vrai livre et sur la base de mon expérience de l’insomnie, je vous recommande de choisir le livre le plus dense et le plus ennuyeux de votre collection 🙂

En conclusion

Une des meilleures façons de gérer les pensées anxieuses et l’angoisse la nuit consistent à réduire le stress auquel vous devez faire face pendant la journée.

Vous pouvez éviter les personnes stressantes, être plus ouvert et honnête sur vos sentiments et, surtout, planifier et élaborer des stratégies dans certains domaines de votre vie.

Réduisez le nombre de décisions que vous devez prendre pendant la journée et il vous restera plus de ressources dans votre « banque du cerveaux » pour gérer le stress et l’angoisse la nuit.

J’espère en tout cas que ces conseils vont pouvoir vous aider à mieux appréhender l’heure du coucher.

Et si malgré tout, l’angoisse et l’anxiété continue à persister, n’hésitez pas à consulter mon accompagnement en TCC, adapté à la gestion du stress et de vos angoisses, pour vaincre définitivement les symptômes.

à très bientôt,

Henri Hélias

Angoisse du Soir – Comment la Réduire Efficacement ?

Angoisse du Soir – Comment la Réduire Efficacement ?

angoisse du soir

Chez certaines personnes, une forte angoisse montre son visage dès l’heure du coucher, on la nomme angoisse du soir ou angoisse nocturne.

Cette personne c’est peut-être vous ( et auparavant c’était moi).

Les lumières s’éteignent et notre esprit tourne.
Il rejoue toutes les choses que nous avons dis et qui ne sont pas sorties comme nous le voulions.
Toutes les interactions qui ne se sont pas déroulées comme nous le voulions.
Toutes les frayeurs, les inquiétudes et les craintes inavouées.

Notre esprit, cette petite voix, nous bombarde de pensées intrusives, de films horribles dont on ne peut se détourner et qui reviennent sans cesse dans notre tête.

Cette petite voix nous tape dessus pour les erreurs que nous avons commises et nous torture avec des soucis auxquels on ne peut échapper.

Et si, et si, et si ?

Il m’arrivait de rester debout pendant des heures, mon cerveau refusait de se taire et continuait sans cesse à me faire culpabiliser.

Et quand mon angoisse du soir était à son comble, elle me suivait souvent jusque dans mes rêves.
Des images sombres et tordues qui semblaient obsédantes et bien réelles, qui entraînaient un sommeil agité et des sueurs nocturnes issues de ces afflictions.

Rien de tout cela n’était agréable (bien au contraire) et c’est pour cela que j’ai décider de vous apporter mon aide avec cet article.

Comprendre ce qu’il se passe dans notre Tête

Sachez que vous n’êtes pas un(e) marginal(e), car c’est un fait, dans notre société, les individus dépensent des milliers d’euros pour se débarrasser de leur angoisse et de leur anxiété chronique.

Il faut en effet remettre les choses en perspective: les symptômes de l’angoisse sont à la base « présents » pour sauver des vies.

En effet, ils nous maintiennent en alerte face au danger, grâce au rôle joué par notre amygdale limbique.
l’Angoisse est en fait (et essentiellement) une réaction de combat ou de fuite de notre corps face à un risque.

« Le problème pour celles et ceux qui souffrent d’angoisse, c’est qu’à notre époque, elle n’est généralement pas nécessaire. Le danger physique n’est en effet pas réel et il n’est pas nécessaire de se battre ou de fuir« .

Henri Hélias

Et c’était mon problème ! Mes soucis étaient rarement une question de vie ou de mort et pourtant, je restais éveillé toute la nuit , malgré moi.

En temps normal, la lumière diminue, la production de mélatonine dans le corps augmente et notre corps nous dit de nous reposer.

Néanmoins, pour quelqu’un qui est anxieux et angoissé, il peut être difficile de quitter l’excitation.
Notre corps lutte contre un ennemi invisible sans raisons apparentes.

Quels sont mes conseils contre vos frayeurs nocturnes et votre incapacité à dormir ?

Apprenez à mettre en place une intention

l'intention a un pouvoir énorme pour réduire l'angoisse du soir.

Beaucoup d’entre nous passent d’une activité à l’autre tout au long de la journée sans vraiment se soucier de ce qu’ils ressentent, et encore moins de ce qu’ils aimeraient ressentir.

Par exemple, vous arrive-t-il de rentrer à la maison après une longue journée de travail et de vous dire :

« Je veux vraiment me détendre et profiter de cette soirée ».

Vous êtes très probablement trop préoccupé pour vous arrêter et réfléchir à la façon dont vous voulez que votre soirée se déroule.

Cependant, en fixant une intention au préalable, vous avez plus de chances d’obtenir les résultats que vous souhaitez.

« Si vous vous rappelez chaque jour que vous êtes déterminé à passer une soirée paisible, vous avez plus de chances de la vivre de cette façon. »

Henri Hélias

Il est plus facile de se souvenir d’une intention lorsque l’on marque un certain point dans sa journée pour la concrétiser.

Par exemple, lorsque vous rentrez chez vous en voiture après le travail, vous pouvez repenser à tout le stress que vous avez subi ce jour-là.

À un certain moment de votre trajet de retour, disons lorsque vous passez sur un pont ou un rondpoint, vous pouvez vous fixer l’intention d’évacuer le stress du travail à partir de ce moment et profiter du reste de votre soirée.

Une autre option peut consister à déclencher une alarme qui vous rappelle de fixer votre intention de passer une bonne soirée, juste avant de rentrer chez vous.

l’instant présent contre l’angoisse du soir

Dans le même ordre d’idée, pour ne pas être en contact avec ce que nous voulons ressentir, beaucoup d’entre nous passons une grande partie de notre temps complètement inconscients ou détachés du moment présent (et c’était mon cas).

En faisant un effort pour être plus attentif et conscient, vous serez peut-être mieux à même de profiter de votre soirée.

La pleine conscience peut vous empêcher de passer en revue toutes les préoccupations présente dans votre tête et vous permettra de reconnaître que vous n’avez pas à réagir à chaque pensée qui vous vient à l’esprit.

« Si la prise de conscience vous semble étrange ou trop longue, faites simplement un effort pour être plus conscient de la vie telle qu’elle est, au lieu de chercher dans votre esprit la nervosité, l’angoisse et la peur.« 

Henri Hélias

Donnez du temps au temps…


Le temps de transition est le temps nécessaire entre deux tâches.
Beaucoup d’entre nous sous-estiment le temps de transition nécessaire.

Par exemple, votre soirée peut être constituée de nombreuses tâches différentes que vous devez accomplir avant d’aller vous coucher.

Quel que soit le temps que vous avez alloué à chaque tâche, ajoutez un peu plus de temps comme tampon si une tâche prend plus de temps que vous ne le pensez.

Vous éviterez ainsi de vous sentir dépassé(e) par les événements et de trop vous presser avant d’aller vous coucher.
De cette manière, vous ne rentrerez pas dans une subjectivité qui pourrait provoquer des symptômes d’angoisse.

Le pouvoir de la routine contre la nervosité et l’inquiétude

La routine du soir est très importante à mettre en place, pour vaincre l'angoisse du soir.


En établissant une routine du soir, vous pouvez vous concentrer sur les mesures proactives à prendre pour vous-même au lieu de ruminer dans votre angoisse.

Votre routine du coucher peut inclure des activités telles que prendre une douche, se brosser les dents, se mettre en pyjama, lire un livre inspirant, prier ou écouter de la musique.

Il est impératif que votre routine du coucher soit établie pour vous aider à avoir un meilleur repos.

N’incluez pas d’activités qui pourraient être trop stimulantes, comme consulter les réseaux sociaux ou regarder la télévision.

Cela signalera à votre cerveau qu’il est temps de se reposer et vous permettra de vous endormir sans avoir l’esprit dérangé, angoissé et anxieux.

En Conclusion

J’espère sincèrement que ces conseils vous apporteront du calme et de la sérénité dans vos soirées.


Si vos angoisses et votre anxiété vous empêchent de dormir la nuit, malgré l’application des conseils prodigués dans cet article, consultez un médecin et suivez une thérapie comportementale et cognitive.

La thérapie, conjointement à l’aide d’un professionnelle de santé comme un médecin, à prouvé son efficacité sur la majorité des personnes que j’accompagne.

A cet effet, n’hésitez pas à consulter nos accompagnement pour vaincre définitivement vos symptômes et retrouver le contrôle de votre vie.

A très bientôt,

Henri Hélias

Comment Gérer les Symptômes Physiques du trouble de l’Anxiété Sociale

Comment Gérer les Symptômes Physiques du trouble de l’Anxiété Sociale

la pression sur l'individu dans notre société génère de l'anxiété sociale, à des niveaux jamais atteints

En vous écrivant cet article, cela me remémore de certains souvenirs relativement gênants. L’interaction sociale peut provoquer chez de nombreuses personnes des réactions corporelles qui les rendent très mal à l’aise en présence des autres…et j’étais concerné.

Il faut savoir que les problèmes les plus courants qui sont rencontrés sont: le rougissement en public, la transpiration excessive et les tremblements de mains.

Aucun de ces symptômes n’est nocif, mais si les gens en prennent trop conscience, ils peuvent se détourner des contacts sociaux, parfois même au point de quitter leur emploi !
Je vais décrire ci-dessous une partie de l’approche que j’enseigne aux gens pour les aider à mettre fin à ce problème.

J’utiliserai l’exemple d’une main tremblante, mais l’approche est la même pour le rougissement et la transpiration.

Commençons tout de suite.

Les symptômes d’anxiété sociale les plus courants

J’ai communiqué avec de nombreuses personnes, aussi bien des professionnels de santé comme des athlètes.
Ces personnes cherchent désespérément un moyen d’empêcher leurs mains de trembler, aussi bien lors des montées d’anxiété que sous la pression.

Dans de telles situations, leur carrière est directement touchée et d’un point de vu professionnel, ces professionnels peuvent remettre en question leurs compétences.

D’autres personnes peuvent être confrontées à des tremblements de mains moins fréquents, par exemple lorsqu’elles doivent signer leur nom devant d’autres personnes, ou faire une brève intervention en publique.

Quelle est la méthode à utiliser ?

L’astuce pour mettre fin à ce problème est d’utiliser l’approche opposée à celle qu’instinctivement on peut être tenté d’utiliser.

Prenez par exemple le dentiste qui se met immédiatement à trembler avec frayeur et doute dès que son patient s’assied sur la chaise.

Il lui suffit de se souvenir des tremblement de la demi-seconde d’avant pour refaire trembler ses mains encore et encore.
Ce dentiste peut-être bouleversé par les tremblements et essai désespérément, de toutes ses forces, de les arrêter en tendant les muscles de ses mains et de ses bras.

Tous ces efforts et ce stress ne font qu’aggraver les symptômes de tremblement, encore et encore.

Pour mettre fin au problème, ce dentiste devrait inverser son approche.
Au lieu de forcer sa main à rester immobile avec toute sa force mentale, il devrait la laisser trembler et lâcher prise.

En fait, il devrait même l’encourager à trembler encore plus, c’est ce qu’on appel l’approche paradoxale.

Finalement, si il peut accepter pleinement les tremblements et en encourager d’autres, il met fin à la pression qu’il subit, et avec cela, tout commencera à s’estomper.

Et rassurez-vous, cette même approche fonctionne pour la transpiration nerveuse et le rougissement.

Quel est l’impact de notre obsession du regard des autres ?

Si ce même dentiste ne se souciait pas de ce que les autres pensent de ses tremblements, le problème disparaîtrait du jour au lendemain, tout simplement.

Aucun de ces problèmes (rougissement, transpiration, tremblements) ne pose jamais de soucis lorsque l’on est seul, n’est-ce pas ?

L’homme qui ne peut pas signer son nom devant une employé de banque peut toujours le faire sans problème lorsqu’il est seul.
Le problème est donc directement lié à la façon dont les gens se sentent perçus aux yeux des autres.

Comment ne plus vous soucier du regard des autres ?

la phobie sociale ou anxiété sociale touche de plus en plus de monde dans notre société

Pour assurer un rétablissement complet, entraînez-vous à être moins préoccupé par les opinions des autres !

La meilleure façon de s’attaquer à l’élément social de ce problème est de recourir à la visualisation.

Chaque soir, avant de vous coucher, imaginez-vous dans une situation qui produirait normalement la réaction que vous essayez d’arrêter.

Néanmoins, cette fois, imaginez-vous en train de réagir d’une nouvelle manière :

  • Ma main tremble, mais je ne suis ni contrarié(e) ni gêné(e),
  • Mon visage est rouge, mais je suis complètement calme,
  • Mon front est peut-être mouillé par la sueur, mais cela ne m’effraie pas.

Vous acceptez pleinement le comportement de votre corps, quel qu’il soit, et vous ne vous énervez pas.
Vous pouvez même en faire abstraction auprès de votre entourage !

Cela demande de la pratique, mais l’objectif est de passer outre l’idée de gêne sociale et de phobie sociale et de la remplacer par l’acceptation.

En général, les personnes qui souffrent d’un trouble de l’anxiété sociale sont trop dures envers elles-mêmes.
Dans la plupart des cas, les autres personnes ne sont jamais conscientes qu’il y a un problème au départ.

Le vrai problème est dans votre esprit parce que vous déformez la réalité de la situation.

Pour en savoir plus sur la manière d’aborder ce problème, je vous recommande d’utiliser mon accompagnement approfondie contre l’anxiété et l’angoisse.

Il vous apprendra non seulement comment aborder ce problème particulier, mais il vous aidera également à vaincre définitivement vos symptômes.

A très bientôt,

Henri Hélias

Découvrez 6 Conseils  Efficaces pour Calmer une Anxiété Permanente

Découvrez 6 Conseils Efficaces pour Calmer une Anxiété Permanente

Une anxiété permanente vous empêche de faire face aux situations importantes de votre vie ?

Vous vous sentez paralysé par l’angoisse et une souffrance quotidienne ?

Ces conseils vous aideront à surmonter la peur, la crainte et l’inquiétude que vous ressentez au quotidien.

Il est dans notre nature et notre intérêt premier d’éviter les émotions qui nous font peur.

Résoudre l’anxiété et l’angoisse est parfois synonyme de passage douloureux.
Mais il faut savoir qu’en évitant continuellement de regarder ce que Carl Gustav Jung appel « l’ombre », vous devenez l’otage de vous même au bout d’un moment.

« L’ombre est quelque chose d’inférieur, de primitif, d’inadapté et de malencontreux, mais non d’absolument mauvais.
Il n’y a pas de lumière sans ombre et pas de totalité psychique sans imperfection. La vie nécessite pour son épanouissement non pas de la perfection mais de la plénitude. Sans imperfection, il n’y a ni progression, ni ascension. »

Carl Gustav Jung

Cet évitement implique généralement de se cacher de tout facteur de stress potentiel qui pourrait causer un bouleversement et de se livrer (malheureusement) à des distractions sans fin.

Hélas, cela vous enlève également des défis potentiels qui peuvent vous conduire à la croissance et à la joie ainsi qu’à la plénitude psychique.

De plus, il vous sera impossible de vous cacher éternellement de la peur.
Elle va vous frapper, malgré tous vos efforts pour la supprimer, encore et encore, à travers une anxiété permanente.
Il est d’ailleurs probable qu’elle frappera à un moment où vous avez le plus besoin d’une certaine sérénité émotionnelle.

La bonne nouvelle, c’est qu’une fois que vous avez affronté votre peur et que vous avez permis à votre ombre de s’exprimer, plutôt que de l’enfoncer dans un compartiment éloigné de votre cerveau, elle commence à perdre la capacité de vous diriger et de vous dicter vos décisions.

Découvrez dans cet article comment récupérer le contrôle sur cette ombre.

Une étude très révélatrice sur l’anxiété permanente

Une étude publiée par des chercheurs de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) résume bien comment le cerveau doit revivre une peur pour la détruire (et se rapprocher de la plénitude).

Voici ce que les chercheurs ont procédé:
Des souris ont été misent dans une petite boîte et un léger choc leur a été administré, elles ont été par la suite libérées pendant une longue période, puis, les chercheurs ont remis les souris dans la boîte mais n’ont pas réadministré de choc.

Au début, les souris sont restées immobiles et terrifiées, mais après une exposition répétée à la boîte et sans choc supplémentaire, elles ont fini par se détendre.

Ainsi, en transposant cet exemple dans notre société humaine, l’exposition répétée aux événements qui ont créé le traumatisme peut aider l’anxiété permanente à se dissiper.

Par exemple, le traitement de la peur de l’avion est souvent effectué par une thérapie d’exposition, qui consiste à être exposé lentement et de manière répétée à l’objet craint dans un environnement contrôlé…et les résultats sont stupéfiants !

Faire face à la Peur pour Surmonter ses craintes et ses inquiétudes

Mes 6 Conseils pour calmer l’Anxiété trop présente

6 conseils pour calmer l'anxiété permanente

Si vous ressentez une peur ou une anxiété permanente et intense, en particulier une phobie, envisagez de suivre un accompagnement poussé.


De plus, voici quelques suggestions qui ont aidé bon nombre des personnes que j’accompagne à surmonter leurs propres craintes :

  • Asseyez-vous et méditez sur vos peurs pendant 2 à 3 minutes:
    Respirez avec elle et dites : « C’est bon, les émotions sont comme l’océan car les vagues vont et viennent ».

    Récompensez-vous immédiatement après la fin de votre séance de 2 à 3 minutes, puis plongez-vous dans une activité que vous savez être agréable et captivante.
  • Ecrivez quotidiennement les choses pour lesquelles vous avez de la gratitude (voir notre article sur le journal de bord d’anxiété).
  • Rappelez-vous que votre anxiété est souvent une réserve de sagesse:
    Écrivez une lettre : « Chère Anxiété, je ne suis plus intimidé par toi. Au lieu de me faire ressentir ces émotions négatives, peux-tu m’apprendre quelque chose ? ».
  • Faites de l’exercice:
    L’exercice peut vous recentrer (votre esprit ne peut se concentrer que sur une chose à la fois).
    Que vous fassiez une petite promenade, que vous vous rendiez dans un club de boxe pour une séance de sport ou que vous allumiez une vidéo de yoga de 15 minutes à la maison, l’exercice est bon pour vous et il vous permettra de vous sentir mieux.
  • Utilisez l’humour pour dédramatiser vos pires peurs:
    Un des scénario improbable qui se jouait dans ma tête il y a de ça plusieurs années, consistait d’ailleurs à imaginer qu’une mouette pouvait à tout moment se soulager sur ma tête. Avec du recul j’en ris encore aujourd’hui.
  • Rendez-vous compte de votre courage:
    En effet, chaque fois que vous ne laissez pas l’anxiété permanente s’exacerber, vous devenez un petit peu plus fort(e).
    Soyez assez lucide pour le reconnaître lorsque cela arrive.

L’outil d’adaptation le plus puissant à une anxiété permanente est avant tout d’être gentil(le) et bienveillant(e)avec vous-même.
Quel conseil donneriez-vous à un meilleur ami à propos de ces voix intérieures négatives qui murmurent : il faut que tu ais peur, c’est pour ton bien ? Non, vous ne diriez pas ça.

Faites ce que vous conseillez aux autres : n’écoutez pas la négativité ; devenez votre meilleur ami.

Avez-vous vos propres astuces pour lutter contre l’anxiété ?

si oui, n’hésitez pas à les partager en commentaire et si certaines questions restent en suspend, n’hésitez pas à consulter notre page d’accompagnement avancé ici.

à bientôt,

Henri