Peut-on utiliser Positivement l’Adrénaline liée à l’Anxiété ?

Peut-on utiliser Positivement l’Adrénaline liée à l’Anxiété ?

anxiété d'anticipation

Si vous subissez au quotidien divers symptômes d’anxiété et de stress (évitement, paralysie mentale, hyper sensibilité), vous êtes à la bonne adresse, car aujourd’hui nous allons parler de l’adrénaline !

Il faut savoir que l’adrénaline est l’Hormone de l’anxiété et du stress par excellence.

Cette hormone est libérée par le corps en réponse à des situations que l’esprit considère et perçoit comme dangereuses.
Et il est vrai que, ces situations peuvent être génératrices de stress, sont palpitantes ou effrayantes !

Mais ce que peu de gens savent, c’est que cette adrénaline peut-être utilisée à des fin utiles et positives 😉
Cette adrénaline est également connue sous le nom d’hormone de « l’opposition ou de la fuite« , elle est donc utile par essence.

Nous allons donc aborder dans cet article les moyens de dévier cette hormone, et de l’utiliser autrement qu’en tant que victime de l’anxiété et du stress.

C’est parti !

Le Carburant qui aide notre organisme à réagir plus rapidement

En fait , l’adrénaline augmente physiologiquement le rythme cardiaque et donc le flux de sang oxygéné vers les muscles et le cerveau.
Elle amène le corps à produire du sucre qui peut être utilisé pour augmenter les niveaux d’énergie.
Il s’agit donc d’un véritable carburant pour des décisions qui doivent être prises rapidement.

Il faut savoir que l’anxiété peut être causée par une poussée d’adrénaline dans le corps, déclenchée par des situations stressantes telles qu’un entretien, un test, ou dans le cadre d’une performance à effectuer.

Lorsque l’esprit est rempli de pensées anxieuses et d’inquiétude, le corps est automatiquement stimulé pour produire de l’adrénaline et d’autres hormones associées au stress et à l’anxiété, comme le cortisol.

Voici les symptômes d’anxiété qui sont liés à l’adrénaline (bons comme mauvais)

  • Une respiration rapide et soutenue,
  • Le cœur qui bat la chamade,
  • La gorge qui se resserre,
  • Des sueurs froides,
  • La bouche qui devient sèche,
  • Les genoux et les mains qui tremblent,
  • Une perception et des sens à fleur de peau,
  • Des malaises et des nausées,
  • La voix peu confiante et les lèvres tremblantes,
  • Des changements de vision et une dilatation des pupilles,
  • Une nervosité accrue et une agressivité perceptible,
  • Une absence de douleur,
  • De l’irritabilité,
  • Une puissance physique et une force accrues,
  • Un mode alerte et une hypersensibilité qui permettent de réagir très rapidement.

Dans le cas d’une inquiétude et d’un stress constant concernant ce qui peut arriver le lendemain, le cerveau sera amené à percevoir ce stress « inutile », comme un danger.

La poussée d’adrénaline qui en résulte dans le corps est inutile.
Mais l’effet secondaire d’une telle montée d’adrénaline est l’irritabilité, l’anxiété et l’agitation.

Une poussée d’adrénaline dans l’organisme est bonne dans certaines situations.
Prenons l’exemple d’un accident de voiture ou nous devons éviter une collision, ou bien d’une attaque par un animal sauvage.


Il faut savoir qu’un faible niveau de stress est considéré par beaucoup comme normal et peut même aider à mener une vie plus zen…

A l’inverse, un stress continu peut entraîner des crises d’adrénaline sans fin.
Ces crises peuvent même conduire à une anxiété chronique pour la santé et à une forte montée du cortisol.

Il est donc essentiel de veiller à ce que l’adrénaline soit maîtrisée.
Sa présence minimale peut être bénéfique et servir à obtenir de bons résultats intellectuels et sportifs !

Comment elle fonctionne et que se passe t-il dans notre corps ?

Concernant son fonctionnement, l’adrénaline est sécrétée par les glandes surrénales qui sont situées au-dessus de chaque rein.
Les glandes surrénales sont régulées par l’hypophyse et sont classées en deux catégories, à savoir les glandes internes et les glandes externes.

Comment fonctionnent les glandes internes

Il faut savoir que, lorsque l’on est confronté à une situation stressante ou dangereuse, les informations perçues sont envoyées à la partie du cerveau qui traite des émotions, à savoir l’amygdale limbique.

A cet effet, une fois que cette partie du cerveau reçoit l’information sur le danger, elle va activer des signaux dans le centre de commande du cerveau appelé hypothalamus.

Comment agit l’hypothalamus ?

Lorsqu’il reçoit des informations sur un danger perçu, il utilise les nerfs autonomes pour envoyer des signaux sur la menace qui pèse sur la moelle surrénale.

Par la suite, à la réception de ces signaux, les glandes surrénales réagissent en produisant de l’adrénaline et en la libérant dans le sang.

Une fois libérée dans le sang, l’adrénaline se lie aux récepteurs des cellules musculaires dans les poumons, ce qui permet une respiration rapide.

Ensuite, elle va se lier aux récepteurs des cellules hépatiques, ce qui provoque la décomposition du glycogène en glucose et entraîne un regain d’énergie pour les muscles .


Les étapes du processus

  • L’adrénaline va déclencher de la transpiration en contractant les cellules musculaires présentes sous la surface de la peau,
  • Elle va ensuite provoquer une contraction des vaisseaux sanguins et une augmentation du flux sanguin vers les principaux groupes musculaires,
  • Puis, elle se liera aux récepteurs pancréatiques pour supprimer la production d’insuline.

Tous ces événements se produisent très rapidement, en quelques secondes.
Les mêmes événements se produisent lorsque vous souffrez d’une anxiété liée à l’adrénaline.

Comment tirer profit de toute cette énergie, au lieu de ressentir de la peur et de l’inquiétude ?

Comme nous l’avons déjà mentionné, les excès d’adrénaline peuvent être préjudiciables à la santé.

Il est donc important de la contrôler et en fait, il est possible d’utiliser l’adrénaline à son propre avantage.

Vous trouverez ci-dessous trois façons d’inhiber les effets de l’adrénaline et de l’utiliser pour votre propre bien !

1. Apprenez à vous connaître et entraînez-vous

Concentrez-vous  pour utiliser positivement l'anxiété anticipatoire

Confrontez vos vulnérabilités et vos craintes.
Soyez en paix avec ce que vous êtes et acceptez vous et si vous vous acceptez tel quel, les autres le feront aussi, je vous le garantie.


Il est important de se rappeler que personne n’est parfait car il est normal de faire des erreurs et tout le monde en fait…

Alors évitez de vous concentrer sur ce qui pourrait aller mal !

Votre priorité c’est de tenter de viser plutôt des résultats positifs, de manière à ce que votre énergie s’en trouve décuplée, et vous pourriez dévier positivement le surplus d’énergie lié à l’adrénaline.


Envisagez votre réussite et continuez à vous entraîner chaque jour pour vous assurer que le succès est certain.

Pratiquez et apprenez à réorienter toutes les pensées, images, attitudes et prédictions négatives vers la positivité et la réussite. Ne laissez jamais les notions du doute de soi s’insinuer dans votre vie.

2. Les bonnes habitudes de consommation à avoir

Adoptez un régime alimentaire sain et équilibré, comprenant tous les nutriments essentiels.

Ce mode de vie vous permettra d’avoir ainsi l’énergie nécessaire pour réaliser votre plein potentiel.

Évitez ou limitez la consommation d’alcool, d’aliments sucrés et de caféine. Tentez si possible d’arrêtez de fumer, afin de réduire le stress et les déclencheurs d’anxiété liés à l’adrénaline.

Par ailleurs, voici des moyens naturel pour traiter efficacement l’anxiété, que vous pouvez également commencer à mettre en pratique, avec un focus effectué sur votre sommeil.

En parlant du sommeil, veillez à ce qu’il soit régulier, au moins 6 à 8 heures de sommeil paradoxal, chaque jour.

Cela permettra au corps et à l’esprit de se reposer et de guérir.

Et enfin, évitez la télévision, les ordinateurs, les téléphones portables, la musique forte et les lumières vives avant de dormir.

Si c’est impossible, vous pouvez tout à fait utiliser des lunettes qui filtrent la lumière bleue. Ainsi, l’utilisation de vos accessoires et de la luminosité qu’ils émettent, n’impactera pas la qualité de votre sommeil.

3. Quel est le moyen le plus simple d’utiliser l’énergie du stress et de l’anxiété ?

Le sport fait parti des 3 manières d'utiliser positivement l'anxiété anticipatoire

Faites de l’exercice chaque jour pendant au moins 15 minutes. Un corps en bonne santé et en forme aide à surmonter le stress plus efficacement.

Avant un événement stressant, vous pouvez sauter de haut en bas, marcher et relâcher vos muscles pour diminuer l’anxiété liée à l’adrénaline et ramener le stress à un niveau normal.

Vous ressentirez une belle énergie et vous aurez ainsi utilisé positivement l’anxiété !

Vous pouvez également utiliser de puissantes techniques de relaxation et les pratiquer quotidiennement (voir l’article concerné).
En second lieu de ces techniques, la respiration contrôlée et la méditation peuvent contribuer à une relaxation globale de l’organisme.

J’espère sincèrement que ces moyens alternatifs d’utiliser votre adrénaline vous donneront des idées et vous aideront à rendre votre vie plus simple et apaisante.
Si malgré tout, vous souhaitez avoir un accompagnement avancé pour mettre fin définitivement à votre stress et vos angoisses, n’hésitez pas à consulter cette page.

A très bientôt,

Henri H.

Stress au Travail chez les Femmes : mes Conseils de Praticien

Stress au Travail chez les Femmes : mes Conseils de Praticien

stress au travail

Le monde actuel, patriarcal, demande beaucoup trop aux femmes…
Elles travaillent bien au-delà de 9h à 17h et doivent souvent se précipiter à la maison pour préparer le dîner, aider les enfants à faire leurs devoirs, préparer la tenue du lendemain pour leur mari, etc.


Le stress et l’anxiété causés par des tâches sans fin et des délais impossibles à tenir, dans un monde de haute technologie et de haute vitesse, ont fait de la vie des femmes un véritable casse-tête qui peut leur donner des migraines !

La question est la suivante : comment les femmes peuvent-elles faire face à la pression, au stress quotidien et à l’angoisse ?

La première étape consiste à disséquer le problème et à comprendre comment ces conditions psychologiques et émotionnelles rendent la vie des femmes plus difficile.

à cause d'une vie surchargée, Il est aujourd'hui très difficile pour les femmes de réduire leur stress efficacement au travail.

Il faut savoir que le stress est une combinaison de fatigue, d’agitation, de dépression, de surconcentration et de morosité générale, qui sont les conséquences du surmenage et d’autres problèmes domestiques ou personnels.

La difficulté d’équilibrer le temps entre le travail et la maison, a fait que de nombreuses femmes souffrent d’un stress important.

Des problèmes personnels ou relationnels comme le divorce ou la séparation ont également été à l’origine d’angoisses et de crises de panique chez de nombreuses femmes.

Les femmes qui possèdent et gèrent leur propre entreprise sont également assujetties à une tension importante.
Leur forte motivation pour la réussite professionnelle ne peut pas toujours les protéger des périodes de pression et de surcharge de travail.

Les femmes carriéristes, en revanche, doivent faire face à la politique de bureau, à la discrimination sexuelle et à la peur d’être licenciées.


Voici quelques conseils pratiques pour permettre aux femmes de mieux gérer leur stress au travail

Quels sont les effets d’un environnement positif pour votre bien-être ?

Il peut s’agir d’une affiche ou tout simplement d’un petit tableau avec de beaux paysages.

Vous pouvez même télécharger des économiseurs d’écran de plages, de chutes d’eau, de lacs limpides et d’autres scènes qui contribuent à créer une ambiance sereine.

Ajoutez un aspect plus « intime » à votre poste de travail…

Je vous conseil également d’afficher des photos de vos proches sur votre bureau, pour mettre en place un ancrage positif et rassurant.
Lorsque vous vous sentez stressé, regardez simplement leur visage heureux et vous retrouverez le sourire !

Quel est l’intérêt de faire une Todo List pour réduire votre charge mentale ?

Bien organiser son travail permet de se vider la tête et de réduire fortement son stress.

Vous pouvez utilisez des Post-Its ou d’autres blocs-notes autocollants pour vous organiser.

Donnez un code couleur à vos notes et placez même une « alarme » dans votre ordinateur ou votre smartphone, afin de vous rappeler les tâches prioritaires.

L’essentiel est de savoir quoi faire en priorité, tout en ayant à retenir un minimum de choses.

Vous verrez que es conseils sont très efficaces pour réduire la charge mentale efficacement.

Vous devez faire un Break

Prenez un temps d’arrêt pour faire une pause.

Ne lisez pas temporairement les e-mails qui sont de toute façon pour la plupart des messages indésirables.

Faites des activités stimulantes comme des sudokus ou des casse-tête afin de solliciter votre néo-cortex, ou lisez les livres et des citations inspirantes pour réduire votre stress.

Les bienfaits étonnants des plantes sur votre surmenage

La mise en place de plante au travail permet de vous créer un véritable havre de paix et permet de réduire votre stress au travail

Avoir une plante sur son lieu de travail est un bon moyen de réduire efficacement le stress.

Des études montrent que regarder quelque chose de vert comme une plante, aide à apaiser vos yeux après avoir été face à votre écran d’ordinateur toute la journée.

Vous verrez, se concentrer sur une plante verte aura un effet apaisant et anti-stress sur votre état d’esprit 😉

Faites de l’exercice et réduisez votre cortisol !

Marcher, monter les escaliers ou sortir pour courir, va vous aider à combattre le stress.

L’activité physique aide à se débarrasser de la tension !

En effet, pendant une séance d’entraînement, votre corps libère des endorphines qui l’aident à se détendre.
Les endorphines agissent également comme des analgésiques naturels.

Il existe de nombreuses vidéos d’exercices que vous pouvez utiliser, allant de l’aérobic standard au pilates, au tae-bo, et à une foule d’autres programmes de remise en forme.

Faire du rangement n’a jamais été aussi bénéfique

Un poste de travail encombré qui comprend des stylos, des crayons, un bloc-notes, des tonnes de papiers éparpillés dans chaque centimètre de votre lieu de travail, va ajouter une couche à votre niveau de pression.

Imaginez que votre poste de travail soit représentatif de votre santé mentale.

Vous devez donc rendre votre environnement de travail plus attrayant en organisant vos affaires et en jetant les objets dont vous n’avez plus besoin.

Un conseil simple, mais efficace.

Ne laissez pas vos collègues vider leurs poubelles (au sens figuré)

Communiquez et affirmez-vous.

Tout le monde a des soucis et le problème, lorsqu’on est sensible au stress, c’est de devoir supporter les afflictions et les craintes de ses collègues…

Faites leur tout simplement savoir quand vous êtes réellement disponible pour discuter et indiquez leur également quels sont les sujets à ne pas aborder.

Mollo sur la caféine !

La consommation de caféine est un frein à la réduction de votre stress au travail.

Je vous vois tout de suite rouler des yeux… la caféine est connue comme un stimulant, j’en ai bu et tout le monde en a bu.


Il faut savoir qu’une trop grande quantité de caféine ajoute au stress et peut même conduire à la dépression chez certaines personne.

Faites donc attention aux quantité que vous consommé (et remplacez le café par le thé si possible).

Le repas le plus important pour lutter contre l’inquiétude et le stress

Ne sautez (si possible) pas de repas même si vous êtes pressé(e).

Des études montrent que si vous prenez l’habitude de prendre un petit déjeuner tous les jours, votre corps reçoit davantage de protéines nécessaires pour vous donner un regain d’énergie pour affronter la dure journée de travail.

Et oui ! le jeune intermittent n’est pas pour tout le monde et si vous souhaitez réduire le stress lié au travail, ne prenez pas le risque !

En Conclusion

Apprenez à réduire le stress lié au travail sans culpabiliser et en toute détente.

Bien sûr… nous avons tous des devoirs et des responsabilités, mais si vous n’apprenez pas à vous détendre, votre épuisement (mental et physique) est inévitable.

Écoutez de la bonne musique, façonnez votre environnement de travail avec joie et commencez votre journée avec entrain 🙂

Car en effet, si vous ne faites pas attention, vous risquez de souffrir d’hypertension… de dépression… et d’une pléthore d’autres affections qui risquent de nuire à votre carrière et à votre vie familiale.

Il est temps de retrouver un sens de l’équilibre car sans vous, nous, les hommes, serions vraiment perdus dans ce monde…

Si malgré mes conseils vous pensez avoir besoin d’un accompagnement avancé, n’hésitez pas à consulter cette page.

A très bientôt,

Henri

Quelles sont les Causes Fondamentales de l’Anxiété Sociale ?

Quelles sont les Causes Fondamentales de l’Anxiété Sociale ?

savoir gérer les causes de l'anxiété sociale

Vous éprouvez des difficultés à dialoguer ? l’idée même de parler à quelqu’un vous fait peur et génère de l’inquiétude ?

Alors cet article est fait pour vous.

Il faut savoir que l’anxiété sociale a des causes très variées, notamment biologiques, psychologiques et sociales.
Néanmoins, chacune de ces causes peuvent être liées, ce qui rend difficile d’en préciser la cause exacte.

Il faut savoir que l’on ne sait pas encore avec certitude, en 2021, si l’anxiété sociale est causée, ou pas, par une disposition génétique.
Nous ne savons pas non plus si elle est causée par le conditionnement social de la famille…
Mais il semble qu’elle puisse tout de même se manifester par ce biais…

Nous allons examiner ensemble, de plus près, les principales raisons de l’anxiété sociale pour vous, la personne qui en souffre !

Les aspects sociaux et environnementaux de l’anxiété sociale


Le premier groupe de causes comprend les aspects sociaux et environnementaux.

Les spécialistes de l’aide à l’anxiété sociale pensent qu’il est possible de tirer des enseignements de l’environnement dans lequel vous vous trouvez.

Bien que vous puissiez avoir l’impression d’être le seul à avoir ce problème, l’angoisse sociale est en fait assez courante.

Mais les situations qui déclenchent les symptômes du trouble d’anxiété sociale peuvent être différentes.

Certaines personnes ressentent de la frayeur dans la plupart des situations sociales.
Pour d’autres, la crainte est liée à des situations sociales spécifiques, comme parler à des étrangers, se mêler à des fêtes ou se produire devant un public.


Il a été suggéré que le simple fait d’observer et d’interagir avec d’autres personnes n’ayant aucun tendance à l’anxiété, peut être extrêmement influent sur le découragement de l’individus et sur ses craintes.

De plus, il est possible que des parents surprotecteurs et qui exercent trop de contrôles, contribuent à développer l’anxiété sociale chez leurs enfants et ne reconnaissent pas le trouble anxieux chez eux, car ils en souffrent également (et le considèrent comme parfaitement normal).

Certaines personnes pensent que le développement des phobies sociales est basé sur certains événements négatifs liés à l’enfance.
C’est le cas par exemple des personnes qui ressentent de l’intimidation, de la gêne en public et même des taquineries.

Parmi ces indicateurs liés à l’enfance, on peut citer la défiguration, les abus (sexuels et physiques), la négligence, les troubles de l’élocution ou les conflits au sein de la famille.

Quel rôle jouent les troubles liés à l’enfance dans le développement de l’appréhension sociale ?

Il est important de connaître les causes de l'anxiété sociale et de la frayeur, pour la combattre efficacement.

Nous pouvons définir le deuxième groupe de causes d’anxiété sociale comme étant dû à un traumatisme psychologique ou émotionnel vécu pendant l’enfance.

Les symptômes ultérieurs peuvent être le résultat direct d’expériences traumatisantes non résolues, telles que des accidents de voiture, des abus, un déclin dans les relations, une humiliation ou peut-être même une catastrophe naturelle.

Cependant, ces traumatismes peuvent également être plus profonds, notamment un mauvais lien ou une mauvaise relation entre la personne qui s’occupe de l’enfant et celle qui s’occupe de lui pendant l’enfance.

La personne peut effectivement ne pas avoir acquis les compétences nécessaires pour réguler le calme, l’autosuffisance et la concentration lors d’événements stressants et préoccupants.

Quelles sont les causes biologiques de la Frayeur Sociale

La troisième cause de frayeur sociale ou phobie sociale est biologique, notamment les réactions biochimiques, la structure du cerveau et la possibilité que le trouble ait été hérité génétiquement.


Concernant l’héritage génétique, les chercheurs ont tendance à penser que la majeure partie du trouble est née d’un comportement inhibé.

Les jeunes bébés qui présentent une telle disposition sont prompts à manifester du stress et de la peur face à des situations et des circonstances inconnues, en particulier autour des personnes.

À mesure qu’ils deviennent adolescents et adultes, le risque de développer une phobie sociale augmente considérablement.

L’amygdale limbique

Des études ont montré que cela peut également avoir un rapport avec la section de votre cerveau qui contrôle les peurs, connue sous le nom d’amygdale limbique.
Les médecins ont découvert, grâce à des scanners, que les personnes atteintes de cette maladie ont un excès d’activité dans l’amygdale et trop peu dans le cortex préfrontal du cerveau.

Les traumatismes

Le groupe le plus fréquent auquel appartiennent les personnes cherchant de l’aide en cas d’anxiété sociale est celui qui concerne les traumatismes.

Les traumatismes tels que les abus, les viols et autres expériences peuvent se développer pour inclure même le trouble de stress post-traumatique, qui peut concerner toute personne, à tout moment de sa vie.

Il faut savoir que ce trouble peut se manifester de nombreuses années plus tard, même après que le traumatisme ait été apparemment « effacé »… il n’en est rien !

Le symptôme le plus récurrent de l’Angoisse sociale

Bien que les causes de l’angoisse sociale soient nombreuses, il en résulte une peur dite « non naturelle » de l’interaction sociale et une baisse de l’estime de soi.

Ces symptômes peuvent non seulement entraver la capacité d’une personne à fonctionner dans des situations quotidiennes, mais aussi, dans certains cas, l’empêcher de mener une existence normale en dehors de chez elle.

Comment gérer les symptômes physiques de l’anxiété sociale ?

J’ai pu communiqué avec de nombreuses personnes, aussi bien des professionnels de santé comme des athlètes professionnels.
Ces personnes cherchent désespérément un moyen d’empêcher leurs mains de trembler, leurs transpiration excessive, leur rythme cardiaque qui s’emballe… aussi bien lors des montées d’anxiété que sous la pression des évènements.

J’ai donc décider d’écrire un article et de faire un podcast à ce sujet accessibles ICI

Si cet article à pu vous aider, n’hésitez pas à le partager autour de vous 🙂


Pour bénéficier d’un accompagnement avancé concernant vos troubles de l’anxiété et de l’angoisse, vous pouvez consulter cette page.

A très bientôt,

Henri

Pourquoi êtes-vous vulnérable aux Attaques de Panique et à l’Anxiété ?

Hier matin, j’ai pu aborder 4 manières efficaces et simples à mettre en place, pour mieux gérer votre angoisse au quotidien.

Dans cet ultime jour d’accompagnement et pour enclencher votre étincelle de guérison, je vais vous parler de ce qui rend les gens vulnérables aux attaques de panique et d’anxiété.

En effet, vous le savez peut-être déjà, mais la connaissance et les bonnes informations m’ont permis de poser des fondations solides vers la fin de mon anxiété 🙂

Les crises de panique ne viennent pas (pour la plupart) de nulle part, bien que la possibilité ne puisse être écartée dans de rares cas.

De mon expérience en tout cas, il y a toujours quelque chose qui déclenche de tels attaques, notamment certaines prédispositions.

Premier facteur de vulnérabilité : la génétique

Les crises de panique peuvent être familiales… si votre arrière-grand-père a souffert d’un trouble d’anxiété et/ou de panique, alors il y a un facteur de descendance non négligeable.


Car il est possible que tu sois concerné(e) …

Dans les cas typiques, les personnes qui ont des parents atteints de crises de panique sont deux fois plus susceptibles de connaitre des épisodes aigus, ou chroniques mais intermittents, que les personnes qui n’en ont pas.

Ce facteur n’est tout simplement pas à prendre à la légère.

Deuxième facteur de vulnérabilité : les causes médicales

Il existe plusieurs conditions médicales qui peuvent conduire au développement de troubles et de crises de panique.

Parmi celles-ci, il y a le prolapsus de la valve mitrale, l’hypoglycémie, l’hyperthyroïdie, le sevrage des médicaments et l’utilisation de stimulants.

Le prolapsus de la valve mitrale également appelé MVP, est une maladie qui affecte les valves mitrales, la partie du cœur qui
empêche le reflux du sang.
Les symptômes de cette maladie sont les suivants: l’essoufflement et les douleurs thoraciques, entre autres.

Non seulement ces symptômes ressemblent à ceux des crises de panique, mais les recherches menées par l’American Heart Association ont confirmé qu’il y a un lien direct entre le MVP et les attaques de panique.

L’hypoglycémie, en revanche, est un état caractérisé par un taux de glucose sanguin plus faible.
Parallèlement, l’hyperthyroïdie est également un état qui est en quelque sorte lié à des crises de panique. Cette affection est causée par la surproduction d’hormones thyroïdiennes à savoir les hormones T3 et T4.

Le sevrage brutal de certains médicaments est également considéré comme une cause de crises de panique, car il peut déclencher des changements soudains dans le corps.  

Un autre facteur qui peut conduire au développement des attaques de panique est:

l’utilisation de substances stimulantes telles que les boissons à forte teneur en caféine, ainsi que certaines drogue comme la marijuana.

Troisième facteur de vulnérabilité : votre vécu

Les événements importants de la vie qui entraînent des changements extrêmes peuvent créer les environnements adéquats pour l’apparition de crises de panique.

Cela peut être car des changements aussi radicaux créent des tensions dans la vie de la personne, bouleversant l’ordre des choses et forçant (malgré elle) la personne à faire face à des changements brutaux.

Si la personne ne réagit pas en conséquence, la tension peut persister et elle pourrait en être dépassé.

Cette personne peut également créer des traumas.
Ainsi, cela entraîne la production d’un certain nombre de symptômes psychiques qui pourraient être caractérisés en tant que troubles, dont les crises de panique.



Comme vous pouvez le constater, de nombreux facteurs peuvent rendre les gens plus ou moins vulnérables aux crises de panique.

Et ce, quels que soient leur âge, leur histoire, ou leur famille.

Comprendre ce qui peut conduire à des troubles de panique t’aidera à mieux comprendre comment combattre les symptômes qui leur sont associés.

Il s’agit du dernier mail de mon accompagnement explicatif et j’espère sincèrement que mon Pack Anti-Stress et Anxiété © et cet accompagnement ont pu vous aider.

Si vous souhaitez aller plus loin, n’hésitez pas à consulter l’accompagnement avancé, pour aller plus en profondeur vers une GUÉRISON DÉFINITIVE de l’Anxiété, réduire les symptômes et trouver les causes de votre stress et de vos angoisses.

#Plusfortquelanxiété
#Plusfortquelangoisse

 

Des Moyens Efficaces pour Gérer une Crise d’Angoisse

Dans le 3ème jour d’accompagnement, nous avons parlé des moyens naturels de gérer les crises de d’angoisse.

J’espère évidemment que cela vous permet aujourd’hui d’y voir plus clair et surtout d’implémenter dans votre vie quotidienne certains conseils 😉

Aujourd’hui, nous allons passer en revue quelques unes des différentes façons de gérer une crise d’angoisse.

La crise d’angoisse peut être considérée comme une panique anormale et irrationnelle à propos de choses insignifiantes, sans aucune raison apparente.

Comme je l’ai déjà déjà dit, les attaques se produisent généralement sans raisons « apparentes » et une personne peut tout simplement sur-réagir de peur panique.

Une crise d’angoisse est une réaction disproportionnée à la situation ou problème en cours, laissant la personne excessivement craintive, ou parfois en situation d’incapacité, ce qui affecte la vie, les relations, le bonheur et la tranquillité d’esprit…

Ces attaques culminent généralement dans les 10 minutes et durent rarement plus d’une demi-heure environ.


Mais pendant ce temps, une personne peut perdre totalement le contrôle d’elle même et présenter de multiples symptômes.

Pour faire face à ce type de crise , l’individu a donc plusieurs options de disponibles, dont en voici une partie.

Premier moyen efficace : la détente !

Bien qu’il soit souvent impossible de se détendre pendant une attaque, il est très important de ne pas se soumettre à l’émotion.

Une respiration profonde et consciente aide évidemment à reprendre le contrôle, car elle calme et détend votre esprit et votre corps.

Pendant une crise d’angoisse, concentrez votre respiration pour ralentir votre battement de cœur. Cela détourne également votre attention de l’attaque, ce qui vous aide forcément à récupérer plus rapidement.

Prenez du temps et pratiquez en profondeur des exercices de respiration, même si vous n’êtes pas stressé(e) ou anxieux(se), tel est mon conseil 🙂

Deuxième moyen efficace : pensez positivement et restez dans l’instant présent

Là encore, lors d’une crise d’angoisse, il est souvent très difficile de se détendre. Vous devez néanmoins vous calmer et garder le contrôle.

Faites de votre mieux pour pousser des pensées positives dans votre propre tête,

et répétez ce mantra : « je vis au présent, ici et maintenant, rien ne peut m’arriver ».

Ne vous attendez pas à ce que quelque chose de mauvais se produise parce qu’en réalité, rien de mauvais ne va arriver.

Gardez juste à l’esprit que plus vous penserez négativement, plus vous serez anxieux(se) et paniqué(e).


Troisième moyen : rappelez vous que la guérison est proche

Et ce sera le cas !

Les crises d’anxiété ne durent que peu de temps, il n’y a donc pas raison pour laquelle vous pensez que votre monde va s’écrouler !

Vous n’avez pas à tenir compte de l’heure, Vous n’avez même pas besoin de compter chaque minute qui s’est écoulée.

Ce que vous devez faire, c’est être conscient(e) que cette crise ne durera pas éternellement.

Quatrième moyen efficace : faites de l’exercice pour relâcher votre Angoisse

Je suis sûr que vous savez déjà que l’exercice physique présente de nombreux avantages à la fois pour le corps et également pour l’esprit.

C’est aussi un excellent moyen de lutter contre le stress et cela permet de soulager l’angoisse.

Les experts s’accordent à dire qu’il suffit de 30 minutes d’exercice physique, 3 à 5 fois par semaine, pour réduire le niveau de stress et réduire les risques d’avoir des épisodes de crises d’angoisse.

Nous expulsons effectivement par la sueur du cortisol et de l’adrénaline, responsables en partie du Stress et des Angoisses.

Cela peut-être de la marche, l’important étant de mettre en place une routine que l’on tient 🙂


Rendez-vous demain matin, où j’aborderai certaines des raisons pour lesquelles vous êtes assujettis à l’Anxiété.

Pour en apprendre plus sur nos programmes d’accompagnement, n’hésitez pas à cliquer sur le boutons ci-dessous.

Et n’oublies pas

#Noussommesplusquelanxiété